Accéder au contenu principal
Ouganda/Droit des femmes

Droit des femmes: la communauté est-africaine lance son «baromètre du genre»

Vue générale de Kampala, en Ouganda, où le premier baromètre du genre est-africain a été lancé le 3 mai 2017.
Vue générale de Kampala, en Ouganda, où le premier baromètre du genre est-africain a été lancé le 3 mai 2017. ©Thomas Trutschel/Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Kampala a été officiellement lancé mercredi 3 mai le premier baromètre du genre de la communauté est-africaine. Ce document de 200 pages présente de manière détaillée les difficultés, inégalités ou encore violences auxquelles font face les femmes pays par pays (Burundi, Tanzanie, Kenya, Ouganda, Rwanda). Une mise au point sur la situation des femmes dans la région, mais aussi un outil régional à partir duquel travailler.

Publicité

Ce baromètre du genre lancé ce mercredi à Kampala s'appuie sur l'étude de 16 secteurs : pouvoir et prise de décision, justice économique, éducation ou encore médias. En vert dans le document, les aspects positifs, en rouge le travail qu’il reste à faire.

Le professeur Josephine Ahikire prend l'exemple des « obligations légales » concernant le droit des femmes. « Lorsque vous lisez le baromètre, certains pays particulièrement le Rwanda, la Tanzanie, et l'Ouganda ont des politiques qui ont des cadres de mises en œuvre clairs, explique-t-elle. Mais en réalité, en ce qui concerne les résultats, par exemple de la réduction des violences domestiques, cela reste un problème. »

Plus qu'une simple photographie de la situation des femmes dans la région, l'organisation pour l'égalité entre les genres, EASSI (The Eastern African Sub-regional support Initiative for the advancement of women), qui est à l'origine de l'initiative, espère en faire un outil de pression comme l'a fait la Sadc en Afrique australe.

« Lorsque vous allez faire pression sur le gouvernement vous ne dites pas seulement : "des femmes meurent de faim dans la région d'Iganga". Vous devez dire : "cela représente tel pourcentage de la population" », affirme Marren Akatsa-Bukachi, la directrice de la Sadc. Le baromètre du genre va donner cette information basée sur des données probantes. C'est alors beaucoup plus facile de persuader le gouvernement de prendre des décisions ».

Un baromètre qui devrait servir dès à présent. La loi sur le genre votée le 8 mars dernier par le Parlement est-africain attend d'être promulguée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.