Accéder au contenu principal
Kenya

Le Kenya lance une campagne de vérification de ses listes électorales

Un bureau de vote à Gatundu, au Kenya, le 4 mars 2013.
Un bureau de vote à Gatundu, au Kenya, le 4 mars 2013. REUTERS/Marko Djurica
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Kenya, une campagne de vérification des listes électorales a débuté, jeudi 11 mai, en préparation des élections générales d’août prochain. Pendant un mois, tous les Kényans enregistrés sur les listes sont invités à se présenter dans les bureaux de vote. Le but est de supprimer des listes les personnes décédées, et surtout de s’assurer que personne ne soit enregistré plus d’une fois.

Publicité

« Carte d’identité, nom, tendez votre pouce. » Cécilia, une tablette numérique à la main, vérifie l’inscription sur les listes électorales d’un vieil homme : « On scanne leur carte d'identité, ou on entre leur numéro de carte, pour s'assurer qu'ils sont bien dans le registre. Là, une photo d'eux s'affiche sur l'écran. Après, on les identifie de manière biométrique avec leurs empreintes digitales, ce qui certifie qu'ils sont bien les propriétaires de la carte d'identité. »

Au bureau de vote de l’école d’Amboseli à Nairobi, une centaine de personnes sont venues pour cette première journée. Parmi elles, quatre avaient été inscrites avec des fautes d’orthographe ou de genre, d’autres pensaient avoir été enregistrés alors qu’ils ne l’étaient pas.

Kaleb sort tout juste du bureau, satisfait, et surtout rassuré par les nouveaux kits biométriques, qui serviront également à la transmission des résultats le jour du vote : « La dernière fois, quand nous avons voté, les machines se sont éteintes. Donc là c'est bien, j'ai vu que mon nom y était. Tout est bon, donc je m'attends à de bonnes nouvelles. »

Cette vérification intervient trois mois après une campagne controversée d’enregistrement des électeurs. L’opposition avait, en effet, dénoncé l’enregistrement de personnes décédées, ou d’étrangers dans les fiefs de la majorité. La Commission électorale avait admis de son côté qu’environ 79 000 personnes s’étaient enregistrées avec les mêmes numéros de carte d’identité ou des numéros non existants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.