Congo-Brazzaville

Congo-Brazzaville: les sociétés nationales dans le collimateur de la justice

Point d'eau, au Congo-Brazzaville.
Point d'eau, au Congo-Brazzaville. Simon Rawles.Getty Images

Au Congo-Brazzaville, la justice veut désormais s’intéresser aux sociétés nationales d’électricité et de distribution d’eau (les SNE et SNDE) et à la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) en ouvrant une enquête sur leur gestion jugée « peu efficace ». Le gouvernement veut aussi - et vite - changer leur mode de gouvernance.

Publicité

C’est le Premier ministre, Clément Mouamba, qui a quelque peu donné des indicateurs qui ont permis, au procureur de la République, de se saisir du dossier et d’ouvrir une enquête judiciaire sur la gestion des sociétés nationales d’énergie et de distribution d’eau, et celle de la Société nationale des pétroles du Congo.

« Des mesures urgentes doivent être prises afin de donner de l’efficacité à ces entreprises publiques », a indiqué le Premier ministre, tout récemment, lors d’un échange avec la presse.

Pour le chef du gouvernement, il ne s’agit pas seulement de changer les hommes qui les gèrent, mais aussi et surtout de leur donner un bon outil de travail.

S’agit-il, pour le gouvernement, de réorganiser ses sociétés pour montrer sa volonté et sa capacité de s’auto réajuster vis-à-vis du Fonds monétaire international qui souhaite le mettre sous-programme, en cette période de récession économique due à la baisse du prix du pétrole ?

« On veut réformer parce que ces entreprises coûtent trop cher à l’Etat », répond une source, au ministère des Finances.

La Société nationale d'électricité et la Société nationale de distribution d'eau notamment sont des sociétés « toujours déficitaires », selon le gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail