Accéder au contenu principal
Afrique du Sud

Afrique du Sud: la Cosatu interdit à Zuma de participer à ses réunions

Une partie des travailleurs de la Cosatu ne veut plus soutenir un chef de l'Etat embourbé dans les scandales (photo d'archives).
Une partie des travailleurs de la Cosatu ne veut plus soutenir un chef de l'Etat embourbé dans les scandales (photo d'archives). REUTERS/James Oatway
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président sud-africain Jacob Zuma n'est plus le bienvenu à la Cosatu, la puissante confédération syndicale. Autrefois alliée du gouvernement, celle-ci a décidé d'interdire au chef de l'Etat de participer à ses futurs rassemblements. En début de mois, le président Zuma avait été hué lors du rassemblement du 1er-mai, signe d'un écart grandissant entre le chef de l'Etat et sa base.

Publicité

Le président Jacob Zuma ne pourra plus participer à aucun rassemblement de la Cosatu tant qu'il sera président. Pour la confédération syndicale, qui en a fait l'annonce mardi après-midi, cette décision est logique. Il y a quelques mois la confédération a officiellement lâché le chef de l'Etat - indiquant qu'elle n'avait plus confiance en lui et allant même jusqu'à demander sa démission.

En vérité, les pro et anti-Zuma s'affrontent depuis des mois au sein de l'organisation. Et même si le président de la Cosatu tente de faire bonne figure, une partie des travailleurs ne veut plus soutenir un chef de l'Etat embourbé dans les scandales. D'ailleurs le mois dernier, lors des célébrations du 1er-mai, Jacob Zuma avait été hué par des membres de la Cosatu. Son discours annulé, il avait dû quitter les lieux.

Même s’il est peu probable que le président Zuma ait réitéré l'expérience, cette décision de la Cosatu est hautement symbolique, venant d'une organisation qui soutient depuis toujours l'ANC au pouvoir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.