RDC

RDC: après Kananga, Joseph Kabila au Kasaï-Oriental pour «restaurer la paix»

Le président congolais Joseph Kabila, ici au Palais du Peuple à Kinshasa, mercredi 5 avril 2017, lors de son discours à la nation. (Photo d'illustration)
Le président congolais Joseph Kabila, ici au Palais du Peuple à Kinshasa, mercredi 5 avril 2017, lors de son discours à la nation. (Photo d'illustration) REUTERS/Kenny Katombe

Joseph Kabila poursuit sa tournée au Kasaï. Après Kananga, le président de la République démocratique du Congo est arrivé ce jeudi 1er juin à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï-Oriental. Une tournée pour « la restauration de la paix et de la sécurité », selon le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur.

Publicité

Aussitôt arrivé, Joseph Kabila a pris un bain de foule. Il s'est également permis une marche à pied dans les artères de la ville de Mbuji-Mayi, pourtant réputée fief de l'opposition radicale. Son cortège s'est ensuite dirigé vers les bureaux du gouverneur pour une réunion de sécurité.

Le Kasaï-Oriental, autant que les autres provinces de l'espace kasaïen, est frappé par le syndrome Kamuina Nsapu, cette nébuleuse née à la suite d'une insurrection menée par le grand chef coutumier du même nom, assassiné en août 2016 dans la province voisine du Kasaï-Central. Et c'est par Kananga, chef-lieu de la province, que le président Kabila a commencé sa tournée. Il s'y est entretenu avec des chefs coutumiers, des responsables religieux, des acteurs de la société civile et autres autorités politico-administratives.

Selon le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur, Ramazani Shadary, cette tournée s'inscrit dans le cadre de la restauration de la paix et de la sécurité. Les événements sanglants dans l'espace kasaïen ont fait de nombreuses victimes au sein de la population civile.

Des militaires et des policiers sont également tombés, de même que deux experts des Nations unies ont été exécutés. Une bonne partie de la population s'est exilée en Angola. La communauté internationale et les ONG locales exigent une enquête internationale et indépendante.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail