Sénégal

[Reportage]Sénégal: Madeleine, l’île sauvage et paisible au large de Dakar

Un versant de l'île de la Madeleine
Un versant de l'île de la Madeleine Guillaume Thibault/RFI

Circulation intense, grands chantiers au cœur de la ville, la capitale du Sénégal, Dakar, est sujette à de sérieux problèmes de pollution atmosphérique. Les alertes sont fréquentes notamment les jours sans vent. Pour échapper à cette atmosphère parfois difficilement respirable, pour échapper aussi à la tension de la ville, certains habitants de la capitale ont un petit refuge situé juste au large de la capitale : l’île de la Madeleine. Reportage.

Publicité

Quinze minutes de chaloupe depuis le port de Soumbédioune suffisent pour arriver à la Madeleine. « Une île sacrée » rappelle le président des éco-gardes Moussa Sow. « Leuk Daour Mbaye, c’est le génie protecteur de toute la côte de Dakar. C’est pourquoi toutes les grandes décisions se prennent sur cette île-là ».

Le visiteur est prévenu, les esprits veillent et les gardes comme Mody Konaté contrôlent notamment les pêcheurs qui s’approchent trop. « Tout autour de l’île, la pêche est interdite. C’est une zone de reproduction des espèces marines. Donc interdit, mais cela cause des problèmes avec les pêcheurs. On travaille avec eux sur la sensibilisation. Les habitudes changent petit à petit », estime Konaté.

« Sensibiliser à l’environnement… »

Ecoutez le reportage de notre envoyé spécial à La Madeleine, île sauvage au large de Dakar

Pas de pollution, pas de téléphone portable non plus sur la plage. Henriette et Ibrahim montent au sommet de l’ile capter le réseau, c’est leur première visite. « Là-bas, en ville, il y a la pollution, le bruit et tout le tralala. Ici c’est paisible. C’est vraiment un bel endroit ». Faune, oiseau, l’ile de la Madeleine est un espace de reproduction. Et un lieu intéressant estime Moussa Sow pour sensibiliser à l’environnement. « Vous avez une île qui a des oiseaux qui sont parfaitement rares. Vous avez une île qui a des arbres qui sont parfaitement rares. Pourquoi ne pas impliquer les Sénégalais à la préservation de cette île ? Et ça marche. Depuis qu’on a commencé ça marche ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail