Congo-Brazaville

Congo:pouvoir, société civile et opposition préparent les scrutins du 16 juillet

Pouvoir, société civile et plateformes de l'opposition se préparent pour les élections du 16 juillet prochain (photo d'illustration).
Pouvoir, société civile et plateformes de l'opposition se préparent pour les élections du 16 juillet prochain (photo d'illustration). AFP/Eduardo Soteras

Au Congo-Brazzaville le référendum de 2015 et la présidentielle de l'année suivante ont été marquées par des violences. A l'approche des législatives et des locales du 16 juillet prochain, pour éviter de replonger dans la violence, le gouvernement et les ONG multiplient les appels. Des notions de civisme et d'initiation à la culture de paix en période électorale sont enseignées aux jeunes souvent impliqués dans les violences. Du côté de l'opposition l'heure est à la division.

Publicité

L’ONG « Univers des jeunes » a passé ce week-end à sensibiliser les jeunes en âge de voter. Elle les a invités à adopter une attitude responsable durant la campagne et le vote pour les élections législatives et locales qui se tiendront le 16 juillet prochain.

« En fait, là nous venons présentement de mener une campagne de conscientisation des jeunes sur le devoir citoyen en période électorale », explique à RFI Maxence Ondongo, président de l’« Univers des jeunes ».

Le gouvernement a également multiplié les appels en ce sens. Les autorités et les ONG veulent barrer la route à la violence qui a émaillé les derniers scrutins référendaires et présidentiels :

« Effectivement, au référendum, nous avons connu des violences et pendant la présidentielle également, il y a eu des violences, mais nous ne voulons pas que cette étiquette-là soit attachée à la jeunesse. Qui dit jeunesse dit réflexion sur l’avenir, qui dit jeunesse dit préparation dans le sens de prendre le relais de (la) gestion de la chose publique ».

Les futures échéances électorales divisent l’opposition congolaise

La plateforme IDC (Initiative pour la démocratie au Congo)-FROCAD (Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique)-CJ3M (Composante Jean-Marie Michel Mokoko) a déjà appelé au boycott, alors que Guy Brice Parfait Kolélas, qui a pris ses distances, a positionné des candidats au nom de sa nouvelle formation politique, l’Union des démocrates et humanistes UDH-Yuki.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail