Madagascar

Madagascar: «l’affaire Claudine» continue de secouer la Grande Ile

Dans « l'affaire Claudine», le syndicat des magistrats de Madagascar avait organisé des sit-in devant les 42 tribunaux du pays pour demander au chef de l'Etat malgache de garantir l'indépendance de la justice.
Dans « l'affaire Claudine», le syndicat des magistrats de Madagascar avait organisé des sit-in devant les 42 tribunaux du pays pour demander au chef de l'Etat malgache de garantir l'indépendance de la justice. RFI/Laëtitia Bezain
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Suite du feuilleton judiciaire de « l'affaire Claudine » qui tient en haleine la presse malgache depuis plusieurs mois : un entretien téléphonique musclé datant de décembre 2016 (bien avant son arrestation donc) a été révélé samedi dernier 1er juillet par le site internet Sobika Mada. On y entend Claudine Razaimamonjy très énervée contre un enquêteur du Bianco, le Bureau indépendant anti-corruption. Ce dernier avait enregistré le coup de fil avec son propre téléphone portable.

Publicité

Pendant près de 6 minutes, Claudine Razaimamonjy crie, menace, insulte au téléphone un enquêteur du Bianco. Ce dernier tente de la convoquer à une audition pour répondre d'actes de détournements de fonds. Claudine refuse en mentionnant à de nombreuses reprises sa proximité avec le président de la République. La scène qui s'est déroulée en décembre 2016 a fuité sur internet le week-end dernier.

- ClaudineRazaimamonjy : « Quand le président Hery ne sera plus au pouvoir, à ce moment vous pourrez m'appeler. Mais moi je n'ai pas peur de vous ! »

- Enquêteur du Bianco : « Moi je fais juste mon travail. »

- ClaudineRazaimamonjy : « Je m'en fous ! Viens me chercher à Iavoloha (le palais présidentiel, ndlr) si tu oses ! »

- Enquêteur du Bianco: « Aujourd'hui ou demain, est-ce que vous avez un peu de temps ? »

- ClaudineRazaimamonjy : « Pas besoin ! Je n’ai pas de temps pour vous. Tu vas voir, je vais détruire ta carrière. Mettez-vous bien dans votre tête que nous sommes au pouvoir ! »
 

« Je laisse la justice faire son travail...»
 

Interrogé sur ses relations avec Claudine Razaimamonjy par la chaîne TV5 Monde lors de son passage en France la semaine dernière, Hery Rajaonarimampianina a botté en touche.

- TV5: « Est-ce que vous ne pensez pas que cette affaire risque d'entacher votre image et celle de votre parti ? »

- Hery Rajaonarimampianina: « Non pas du tout, moi je laisse la justice faire son travail. »

- TV5 : « Oui mais tout de même, c'est une de vos proches, vous la connaissez... »

- Hery Rajaonarimampianina: « Oui mais tout le monde peut se dire proche d'un président de la République... Vous vous focalisez sur ce dossier, des politiciens se focalisent sur un dossier... »

Le Bianco a confirmé l'authenticité de cet enregistrement qui avait été transmis au tribunal en décembre dernier. Il avait servi à justifier pourquoi l'audition de Claudine Razaimamonjy n'avait pas eu lieu à ce moment. Une enquête est actuellement en cours pour savoir si la fuite vient du Bianco ou de la chaîne pénale anti-corruption. Les résultats sont attendus cemardi juillet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail