Accéder au contenu principal
Congo-Brazaville

Congo-B: le long chemin vers la parité en politique

Opération de vote à Brazzaville, le 15 juillet 2012.
Opération de vote à Brazzaville, le 15 juillet 2012. AFP PHOTO/GUY-GERVAIS KITINA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Congo-Brazzaville la parité demeure encore un slogan dans les différentes institutions du pays. Pour preuve, les femmes ne représentent que 7% des effectifs de l'Assemblée nationale sortante. C'est pour améliorer ce pourcentage que les deux principaux partis de la majorité et de l'opposition ont rehaussé le niveau des quotas des femmes sur leurs listes aux législatives et aux locales du 16 juillet prochain.

Publicité

Première formation de la majorité, le Parti congolais du travail (PCT) a amélioré le quota des femmes par rapport aux précédentes élections. Ines NeferIngani, ministre de la Promotion de la femme est candidate du PCT aux prochaines législatives. Elle est également tête de liste aux locales dans une circonscription du 4ème arrondissement de Brazzaville :

« Le quota prévu pour les femmes est de 30 % et les 30 % ont été respectés, explique-t-elle à RFI. Mais ce qui est important ce ne sont pas ces 30 %. Ce qui est important c’est l’investiture. C’est que ces femmes qui ont été investies doivent gagner…».

De son côté, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), premier parti d’opposition, a fixé son quota également à 30 %. C’est nettement mieux que par le passé, parce que les hommes nous plaçaient au bas de l’échelle, a commenté Elisabeth Mapa, tête de liste du parti aux élections locales à Mossendjo dans le sud.

Madame Mapa a réclamé que la parité soit appliquée dans toutes les institutions du pays. A l’Assemblée nationale sortante les femmes ne représentaient que 7 %.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.