Accéder au contenu principal
Sénégal

Sénégal: les soutiens de Khalifa Sall se tiennent prêts à payer sa caution

Le maire de Dakar Khalifa Sall, ici en mars 2011.
Le maire de Dakar Khalifa Sall, ici en mars 2011. SEYLLOU / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La collecte de fonds pour financer une éventuelle caution pour le maire de Dakar est relancée depuis quelques jours. Elle avait été interrompue le temps de la campagne électorale pour les législatives. Le collectif Solidarité et soutien à Khalifa Sall, qui en est à l'origine, affirme avoir déjà recueilli des dons provenant du Sénégal et de l'étranger. Une libération sous caution n'est pourtant pas à l'ordre du jour pour les d'avocats assurant la défense de l'élu.

Publicité

Depuis son premier interrogatoire par la justice, Khalifa Sall a toujours refusé un versement de caution. Il veut se battre avec des armes juridiques au niveau régional et international, disent ses avocats.

Cependant, le collectif  « Solidarité et soutien à Khalifa Sall » n'a pas décidé de stopper sa collecte de fonds. Une campagne a même été lancée en Europe : « Deux Euros pour Khalifa Sall » et aux Etats-Unis, « Deux dollars pour Khalifa Sall ».

Ces proches du maire incarcéré veulent réunir rapidement la somme colossale de 1,8 milliards de FCFA et la verser en caution. « Tout en respectant la position de Khalifa qui ne le cautionne pas, nous nous sommes aussi dit que l’on ne pouvait pas nous refuser le droit de dire que nous nous préparons en conséquence pour mettre de côté une cagnotte pour couvrir une caution que nous paierons, non pas de la poche de khalifa mais de l’apport volontaire et citoyen des habitants de Dakar et des populations sénégalaises qui pensent qu’il y a là une injustice », explique Mamadou Mignane Diouf, membre du collectif « Solidarité et soutien à Khalifa Sall ».

Selon une source judiciaire proche du dossier et préférant rester anonyme, aucune demande d'autorisation n'est à présenter pour le dépôt d'une caution. Le collectif n'a donc pas besoin de l'aval des avocats du maire. Une fois la somme déposée, ce sera au juge d'envisager une potentielle liberté.

Si ces proches du maire réunissent donc les 1,8 milliards de Fcfa et si le juge ordonne une libération, les avocats de Khalifa Sall estiment que leur client n'aura alors d'autre choix que d'accepter d'être libéré sous caution.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.