Accéder au contenu principal
Madagascar

Madagascar: de plus en plus de vols de zébus avec prises d'otages

Des zébus au marché de Ambatolampy, à Madagascar.
Des zébus au marché de Ambatolampy, à Madagascar. Creative commons/Bernard Gagnon
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Lundi 28 août à Malaimbady, dans le sud-ouest de Madagascar, une femme a été détenue en otage pendant plusieurs heures par une vingtaine de dahalos avant d’être tuée à l'issue d'un affrontement entre la gendarmerie, les villageois et les bandits. Un dahalo a également été tué et un fusil MAS 36 a été récupéré. Les complices se sont enfuis.

Publicité

Il y a trois semaines, une autre prise d'otages avait eu lieu lors d'une attaque de zébus, la victime a pu être libérée saine et sauve.

Sur plus de 2 000 cas de vols de zébus en 2016, l'unité anti-dahalo a enregistré 32 prises d'otages. Selon la gendarmerie, la pratique est en augmentation. Car dans certaines zones, les bovins laissés à l'état sauvage sont difficiles à attraper, seuls leurs propriétaires parviennent à les regrouper.

A (RE)LIRE → Madagascar: pourquoi les dahalos volent-ils des zébus ?

Devant cette contrainte, certains dahalos préfèrent enlever les membres des familles des éleveurs, qui doivent alors vendre leurs bœufs pour payer la rançon. Les otages sont aussi utilisés comme boucliers humains par les dahalos qui peuvent s'enfuir plus facilement.

Pour contrer ces enlèvements, la gendarmerie sensibilise les villageois aux pratiques d'autodéfense. En effet, en raison du manque d'effectifs des forces de l'ordre et de l'enclavement des villages, les habitants ont l'autorisation d'utiliser leurs fusils de chasse pour se protéger contre leurs assaillants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.