Accéder au contenu principal
RDC

RDC: le Rassemblement de l’opposition tente de se faire entendre

Félix Tshisekedi, président du Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement.
Félix Tshisekedi, président du Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement. RFI/Sonia Rolley
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En République démocratique du Congo (RDC), le meeting du Rassemblement des forces acquises au changement qui devait se tenir, ce dimanche 3 septembre, n’aura pas eu lieu. L’autorité urbaine de Kinshasa en a ainsi décidé, en réservant une fin de non-recevoir à la lettre que lui ont adressée les organisateurs. Félix Tshisekedi, le président du Rassemblement, devra se contenter d’une simple déclaration à son arrivée.

Publicité

Le meeting était prévu sur le terrain Triomphal, en face du Stade des Martyrs mais l’Hôtel de Ville de Kinshasa estime que cette réunion de l’opposition ne doit pas se tenir, ce dimanche, parce qu’elle risque de provoquer des incidents graves.

Faute de tribune publique, l’opposition - qui juge la situation très grave - a formulé ses critiques dans un communiqué. Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement attire l’attention de la population sur des aspects autrement plus sensibles tels que l’Etat congolais quasiment en cessation de paiement ; les agents et fonctionnaires de l’Etat impayés, l’activité économique qui tourne au ralenti ou encore l’écrasante majorité qui vit dans une misère indescriptible.

Après ce constat, la plate-forme des forces politiques et sociales acquises au changement dénonce « l’indifférence criminelle du pouvoir en place » face à la misère et aux revendications légitimes des corps d’élite, à savoir les médecins, les magistrats, les professeurs d’université et autres enseignants.

L’opposition radicale accuse aussi la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de préparer « une fraude massive en complicité flagrante avec le pouvoir » pour un troisième mandat du président Kabila.

« L’attitude du Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine fait la honte de l’Afrique autant que son communiqué décrédibilise les institutions de l’Union africaine », écrit encore le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement, présidé par Félix Tshisekedi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.