Kenya / France / Présidentielle

L'entreprise OT-Morpho répond aux accusations de l'opposition kényane

Le leader de l'opposition ici à Nairobi le 7 septembre 2017. Raila Odinga a mis en cause l'entreprise française Safran, dont l'ex-filiale Morpho avait fourni les kits de reconnaissance biométrique des électeurs.
Le leader de l'opposition ici à Nairobi le 7 septembre 2017. Raila Odinga a mis en cause l'entreprise française Safran, dont l'ex-filiale Morpho avait fourni les kits de reconnaissance biométrique des électeurs. REUTERS/Baz Ratner
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La semaine dernière, la coalition de l'opposition Nasa a adressé un courrier au gouvernement français lui demandant d'ouvrir une enquête sur l'entreprise Safran et son ancienne filiale OT-Morpho, qui a fourni les boîtiers électoraux pour les élections du 8 août. La formation de Raila Odinga accuse la société d'avoir participé, directement ou indirectement, à un éventuel trucage des élections. Mais OT-Morpho assure une nouvelle fois que son système n'a pas été manipulé. Les allégations de piratage sont donc infondées, garantit OT-Morpho.

Publicité

OT-Morpho assure avoir conduit un audit complet de son système avec l'aide d'experts externes, et n'avoir trouvé aucune trace de manipulation ou de piratage. La société avait fournit quelque 45 000 tablettes de vérification biométrique des votants et de transmission électronique des résultats utilisées lors du scrutin du 8 août.

Depuis l'annonce du verdict de la Cour suprême, qui a invalidé l'élection à cause d'irrégularités dans la transmission des résultats, l'opposition accuse Safran et OT-Morpho d'avoir laissé passer un trucage du scrutin. Ce qui pourrait constituer un crime au Kenya, selon le camp de Raila Odinga.

Des accusations qui sont donc infondées, selon la direction de la société française. Mais la Nasa campe sur ses positions. Pour Paul Mwangi, chef de l'équipe légale de Raila Odinga, cet audit est « malhonnête », car il a été « fait par la société elle-même, sans témoins extérieurs ». L'avocat assure que l'opposition compte déposer une plainte contre OT-Morpho en France, une fois que la Cour suprême aura rendu son verdict final. Un verdict que les juges doivent rendre avant le 22 septembre.

→(Re)lire :Kenya: la Nasa demande au gouvernement français de poursuivre Safran en justice

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail