Accéder au contenu principal
Madagascar

A Madagascar, les proches de l'ancien président Albert Zafy se recueillent

Albert Zafy, en juin 2011.
Albert Zafy, en juin 2011. © AFP/Alexander Joe
Texte par : RFI Suivre
3 mn

A Madagascar, le corps de l'ancien président Albert Zafy est arrivé à Madagascar samedi 14 octobre. Agé de 90 ans, l'ancien chef de l'Etat est décédé la veille sur l'île de La Réunion après un accident vasculaire cérébral. Surnommé « l'homme au chapeau de paille », il a été président de la République de 1993 à 1996. Depuis son décès, les drapeaux sont en berne dans tout le pays. Un hommage lui a été rendu dans sa demeure familiale.

Publicité

Famille, amis, anciens collaborateurs, hommes politiques… Tous, sont venus saluer celui qu’ils nomment le « père de la démocratie ». Seramila Beza est un proche de l’ancien chef de l’Etat. Il l’a connu à ses débuts, alors que Albert Zafy était le médecin de sa famille. Il se remémore « un homme de tolérance », qui « acceptait tout le monde » et était « très, très discret ». Même si à ses yeux, « maintenant ce n’est plus tellement le cas, de son temps on pouvait tout dire. La presse a été libérée, c’est pour ça qu’on l’a appelé le 'père de la démocratie' ».

L’historienne Yvette Sylla « garde le souvenir d’un président intègre qui avait le souci du bien commun. C’était un homme extrêmement ouvert, avec qui on pouvait discuter. Il avait une culture incommensurable ! C’est un homme qui a inculqué beaucoup de valeurs » aux autres.

« Madagascar a perdu un grand homme »

Même admiration chez Lalatiana Ravalolomanana, qui a milité pendant plusieurs années aux côtés du professeur Albert Zafy : « je me souviens de lui comme d’un père attentif. J’ai été exilée en France pendant sept ans et c’est grâce au président Albert Zafy et au Comité de Réconciliation nationale, [que j’ai pu] rentrer à Madagascar. Madagascar a perdu un grand homme. Personnellement, je me sens orpheline ».

Le cercueil du président Zafy va être acheminé au Palais des Sports de Mahamasina à Antananarivo. Les Malgaches vont alors pouvoir rendre un dernier hommage à celui qu’ils surnommaient « l’homme au chapeau de paille ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.