Accéder au contenu principal
Togo

Crise au Togo: quelle forme pourrait prendre un dialogue?

Manifestation de l'opposition à Lomé le 20 septembre 2017 (photo d'illustration).
Manifestation de l'opposition à Lomé le 20 septembre 2017 (photo d'illustration). REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’opposition togolaise continue de mettre la pression en organisant des manifestations pour réclamer le retour à la Constitution de 1992 et le départ du président Faure Gnassingbé. Pendant ce temps, les préparatifs d'un dialogue se poursuivent. La délégation ghanéenne est partie mercredi 15 novembre. Elle a rencontré le chef de l'Etat ainsi qu'une délégation des 14 partis de l'opposition. Vendredi, Alpha Condé, en tant que président de l'Union africaine, a réaffirmé sur RFI sa disponibilité à résoudre la crise au Togo et va recevoir dans les jours à venir les différents acteurs de la crise togolaise, dont les partis d'opposition. Quelle forme pourrait prendre ce dialogue ? Peu d'informations filtrent.

Publicité

Un dialogue d'accord, mais quand, où, avec qui et sur quoi ? Il reste encore bien des questions à régler. Selon des sources de l'opposition comme du pouvoir, ce dialogue pourrait s'ouvrir, à Lomé, d'ici début décembre. Le reste est à définir.

L'opposition a d’ores et déjà mis sur la table des mesures d'apaisement préalables, notamment la libération de tous les manifestants arrêtés. Pour elle, ce dialogue doit mettre, face à face, la majorité présidentielle et la coalition des 14 partis politiques. Les autres formations devraient donc choisir leur camp. Le Ghana souhaiterait pour sa part des délégations assez restreintes.

A la délégation ghanéenne, l'opposition a aussi proposé la mise une place d'un comité préparatoire mixte paritaire sous la modération du Ghana. Le gouvernement fait déjà savoir qu'il n'acceptera aucun préalable ni aucune pression de la rue pendant ce dialogue. Mais il se dit prêt. « Ce dialogue, c'est nous qui en avons pris l'initiative », rappelle une source proche du chef de l'Etat.

Pour le moment, l'opacité est de mise : « Si l'on veut donner une chance à ces négociations, il faut que cela se fasse dans la confidentialité, explique une source togolaise. Il y a trop de cristallisation, trop de méfiance, trop d'attentes ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.