Accéder au contenu principal
Gambie

Gambie: une dizaine de soldats poursuivis en cour martiale pour trahison

Yahya Jammeh entouré de soldats, ici lors d'un rassemblement à Banjul le 29 novembre 2016.
Yahya Jammeh entouré de soldats, ici lors d'un rassemblement à Banjul le 29 novembre 2016. REUTERS/Thierry Gouegnon
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Gambie, 12 soldats sont actuellement jugés devant la cour martiale de Yundum, à 30 kilomètres au sud de Banjul. Lundi 27 novembre, ils ont été présentés pour la deuxième fois devant une juge entourée d’un panel de représentants de l’armée. Ils sont accusés d’avoir vivement critiqué le nouveau gouvernement et d’avoir envisagé son renversement. En juillet dernier, ils ont notamment échangé une série de messages vocaux sur le réseau social Whatsapp.

Publicité

C’est un procès très symbolique puisqu’il pose la question de la fidélité des membres de l’armée à l’Etat. Beaucoup d’anciens soutiens de Yahya Jammeh sont aujourd’hui toujours en poste, et sont soupçonnés d’être encore loyal à l’ancien président.

Les avocats de l’Etat, dans leurs chefs d’accusation, montrent d’ailleurs qu’ils prennent la chose au sérieux : 10 de ces soldats sont poursuivis pour trahison, passible d’une peine de prison à vie.

Ces soldats sont aussi poursuivis pour mutinerie. En plus du groupe Whatsapp, ils se seraient rencontrés physiquement, pour envisager le renversement du nouveau gouvernement élu.

Lundi, les 12 accusés, dans leur uniforme vert et rouge de l’armée, ont tous plaidé non coupables pour chacun des chefs d’accusation.

Ce procès est aussi un soulagement pour leurs familles qui dénonçaient leur détention arbitraire : pendant quatre mois, les accusés ont été détenus sans pouvoir voir d’avocat ni de juge.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.