Accéder au contenu principal
Cameroun

Cameroun: l'écrivain Patrice Nganang interpellé par la police, selon ses proches

Patrouille des membres des forces de l'ordre camerounaises dans une rue de Buéa. Patrice Nganang avait publié sur le site internet de «Jeune Afrique» un «carnet de route en zone (dite) anglophone», très critique envers le président camerounais.
Patrouille des membres des forces de l'ordre camerounaises dans une rue de Buéa. Patrice Nganang avait publié sur le site internet de «Jeune Afrique» un «carnet de route en zone (dite) anglophone», très critique envers le président camerounais. STRINGER / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Qu'est devenu l'écrivain camerounais Patrice Nganang ? Au lendemain de la publication d'une tribune critique sur le site de Jeune Afrique, il a « disparu » mercredi soir à l'aéroport de Douala. L'auteur de Temps de chien, prix Marguerite-Yourcenar, revenait de la zone anglophone du Cameroun. Sa famille pense qu'il a été arrêté et qu'il serait détenu aujourd'hui au secret pour ses écrits.

Publicité

Nyasha Bakari, son épouse, raconte : « Le compte-rendu qu'on m'a fait, c'est qu'il a été arrêté à l'aéroport de Douala alors qu'il était en train de faire le check-in. Et depuis, on ne sait pas du tout ce qui lui est arrivé. Je viens de recevoir une information, je ne sais pas si c'est confirmé. Mais on me dit qu'il a été transféré à Yaoundé, qu'il serait détenu au secrétariat d'Etat à la défense. Il y a un centre de détention où ils interrogent les gens. »

« Je suis inquiète, indique encore Nyasha Bakari, car il est très actif ces dernières semaines, il s'est rendu dans la zone anglophone du Cameroun et il a écrit un article sur tout ce qu'il a vu là-bas, qui a été publié dans Jeune Afrique le 5 décembre. C'est un article qui parle des violations des droits de l'homme qui sont commises là-bas, tout ce qui est infligé à la population. Et j'ai peur pour lui à cause de ça. »

De son côté, le ministre de la communication du Cameroun s'est dit « pas informé » de cette situation et a promis de s'informer auprès du secrétariat d'Etat à la Défense.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.