G5 Sahel

L'ONU apporte son soutien logistique à la force du G5 Sahel

La force conjointe G5 Sahel.
La force conjointe G5 Sahel. RFI/Olivier Fourt

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité une résolution qui demande à la Minusma d’apporter un soutien logistique et matériel aux forces antiterroristes du G5 Sahel. Paris, qui portait cette résolution, aurait souhaité un soutien plus large et pérenne, mais Washington a refusé que les fonds de l’ONU soient engagés dans la force du G5. Paris a donc proposé la mise en place d’un fonds spécial géré par l’Union européenne pour obtenir un consensus.

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Après le soutien politique au mois de juin dernier, le G5 Sahel a maintenant gagné un soutien logistique et matériel de l’ONU. Ce texte ajoute « un deuxième étage » au déploiement de la force même si de l’aveu d’un diplomate, « ce n’est pas le grand soir ».

Cette résolution endosse un simple accord technique - qui n’avait pas la préférence des Français qui l’ont reconnu devant le Conseil de sécurité- mais qui constitue néanmoins selon eux « une base solide ».

Grâce à cet accord qui devra être signé le plus rapidement possible entre Antonio Guterres, le secrétaire général, et les pays du Sahel, la Minusma sera chargée de fournir de l’eau, de l’essence, des rations alimentaires et s’il le faut de participer aux évacuations médicales des soldats du G5, mais uniquement lorsque ceux-ci se trouvent à l’intérieur des frontières maliennes.

Pour gagner le soutien de Washington qui ne souhaitait pas engager les finances de l’ONU, un fonds spécial qui sera coordonné par l’Union européenne a été mis en place. L’ambassadrice américaine a salué la créativité de ce texte en assurant que le soutien de Washington était bien la preuve que les menaces terroristes dans la zone étaient prises au sérieux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail