Accéder au contenu principal
RDC

RDC: hommage de la Monusco aux 14 casques bleus tanzaniens tués

Des soldats des Forces de défense du peuple tanzanien transportant le cercueil de l’un des quatorze casques bleus tanzaniens tués à Beni, en RDC, arrivés, ce lundi 11 décembre 2017, à la base aérienne d’Ukonga, à Dar es-Salaam, en Tanzanie.
Des soldats des Forces de défense du peuple tanzanien transportant le cercueil de l’un des quatorze casques bleus tanzaniens tués à Beni, en RDC, arrivés, ce lundi 11 décembre 2017, à la base aérienne d’Ukonga, à Dar es-Salaam, en Tanzanie. AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

En République démocratique du Congo (RDC), la Monusco a rendu hommage, ce lundi 11 décembre, à Beni, à ses 14 casques bleus tanzaniens tués dans l'attaque de jeudi dernier, sur la base de Semliki. Il s’agit de l’'attaque la plus meurtrière contre une force de l’ONU, depuis 1993. Les corps ont été rapatriés en Tanzanie dans la foulée, alors que l’Union européenne appelle, dans un communiqué, les autorités de la RDC à « mener une enquête afin que les responsables répondent rapidement de leurs actes » devant la justice.

Publicité

Les cercueils des 14 victimes ont été présentés, un à un, puis rassemblés sous une tente au quartier général de la Monusco, à Beni. Ils étaient recouverts du drapeau tanzanien en dessous duquel, on pouvait distinguer un second drapeau bleu et blanc, celui des Nations unies et, au-dessus, les photos avec le portrait de chacun des 14 soldats disparus.

Ce fut une cérémonie assez sobre, avec des discours courts. Il y avait le représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'ONU, David Gressly. Il a promis que les casques bleus continueraient à « protéger les populations de Beni ». La veille, il avait été rendre visite aux troupes sans pouvoir cependant atterrir à Semiliki pour raisons de sécurité.

On doit reconnaître le sacrifice de ces 14 hommes qui ont trouvé la mort ici.

David Gressly, numéro 2 de la Monusco

A ses côtés, lors de cette cérémonie, se trouvaient l’ambassadeur de Tanzanie en RDC, ainsi que le commandant de la force de la Monusco, le général Léon Mushale qui commande la 3e zone de défense des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

« La mort de nos amis tanzaniens sera écrite dans l'histoire de la nation congolaise pour leur sacrifice », a-t-il déclaré.

Le gouverneur et la société civile étaient également représentés. Les cercueils ont ensuite embarqué à bord d’un avion-cargo, direction la Tanzanie, sans tarder. Un rapatriement plus rapide qu’annoncé. C’est allé très vite.

« La religion musulmane prévoit qu’un enterrement doit avoir lieu dans les 24 heures suivant le décès. Leur famille et leur patrie les attendaient », a expliqué une source, aux Nations unies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.