Accéder au contenu principal
Libye

Libye: les extrémistes pointés du doigt dans l'assassinat du maire de Misrata

Mohamed Eshtawi a été enlevé et tué par des inconnus à sa sortie de l'aéroport de Misrata, dimanche 17 décembre 2017.
Mohamed Eshtawi a été enlevé et tué par des inconnus à sa sortie de l'aéroport de Misrata, dimanche 17 décembre 2017. MAHMUD TURKIA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La condamnation est unanime, à l'étranger comme en Libye, après l'assassinat dimanche 17 décembre du maire de Misrata, troisième ville de Libye. Mohamed Eshtawi a été enlevé et tué par balle par des inconnus à son retour d'un voyage officiel en Turquie où il était avec d'autres membres du conseil municipal. Poursuivi à sa sortie de l'aéroport, son corps sans vie a été retrouvé abandonné dans une rue. Cet assassinat intervient alors que les responsables politiques de la ville sont divisés sur plusieurs dossiers politiques et sécuritaires.

Publicité

Entre Mohamed Eshtawi et les extrémistes de la ville de Misrata rien n'allait plus depuis un bon moment en raison de désaccords sur plusieurs dossiers sensibles. Par exemple, les extrémistes du conseil de la Choura et du conseil militaire de la ville ne voyaient pas d'un bon œil les rencontres tenues sous l'égide du Caire entre officiers de l'armée nationale de Misrata et leurs collègues de Benghazi. Le maire, lui, était, au contraire, fortement impliqué pour la réussite de ces rencontres.

Autre sujet de discorde : le dossier des réfugiés de Taourga, ville voisine de Misrata, et dont les habitants sont réfugiés et interdit de retour chez eux depuis 2011. Ils étaient alors sympathisants de Kadhafi. Récemment, un accord a été signé entre le maire de la ville et l'ONU pour le retour de ces réfugiés, chose qui n'a pas plu aux extrémistes.

Une figure de l'unité nationale

Au vu de ces divergences, le chroniqueur libyen Ali Wahida considère cet assassinat comme étant un « règlement de compte ». De son côté, la journaliste libyenne Afaf Gueblaoui y voit « une volonté de barrer la route à cet élu avant les prochaines élections prévues en 2018, tout en faisant peur aux autres potentiels candidats ».

Mohamed Eshtawi avait été élu en 2014 et avait refusé de démissionner de son poste sous pression. Il était une figure libyenne qui défendait l'unité nationale. Aujourd'hui, un membre du conseil a dénoncé « la liquidation des opposants à Misrata ». Quant au porte-parole du conseil municipal, Osama Badi, il précise que le conseil« possède des éléments qui pourront conduire les enquêteurs aux criminels », sans plus de précisions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.