Accéder au contenu principal
Madagascar

A Madagascar, grève illimitée des enseignants l’université d’Antananarivo

Des étudiants dans la bibliothèque de l'université d'Antananarivo, à Madagascar, le 18 décembre 2013.
Des étudiants dans la bibliothèque de l'université d'Antananarivo, à Madagascar, le 18 décembre 2013. PHOTO / ALEXANDER JOE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Madagascar, les enseignants-chercheurs de l'université d'Antananarivo sont en grève illimitée. Ces derniers réclament notamment le paiement de leurs heures supplémentaires, mais dénoncent aussi le manque de moyens et d'infrastructures pour pouvoir enseigner dans des conditions acceptables.

Publicité

Dans la plus grande université du pays, les salles de classe et les amphithéâtres sont quasi vides. Le syndicat des enseignants-chercheurs d'Antananarivo avait donné trois jours à son ministère de tutelle pour satisfaire ses revendications avant d'entamer cette grève illimitée. Il dénonce notamment des retards de paiement, mais aussi l'accaparement de terrains du campus par des squatteurs ou encore les conditions d'enseignement de plus en plus difficiles.

Une réalité que vit au quotidien Rado Ratobisaona, enseignant en économie : « Il n’y a pas assez d’infrastructures, il n’y a pas assez d’enseignants. Par exemple, au département d’économie en première année, nous aurons 1 200 étudiants avec seulement, au plus, 30 enseignants permanents. Il n’y a pas vraiment de connexion internet, surtout pour les étudiants. Si nous continuons comme ça, on ne peut pas avoir un enseignement supérieur de qualité. »

Une grève qui préoccupe les quelque 30 000 étudiants de l'université alors qu’ils viennent à peine de reprendre les cours après l'épidémie de peste. « Nous n’avons pas eu cours pendant un mois pendant les vacances liées la peste. A cause de cela, il y a un grand retard sur le calendrier scolaire. Donc peut-être on aura une année blanche », explique inquiète une étudiante.

Le mouvement touche aussi l'université de Tuléar, dans le sud-ouest de Madagascar. Les enseignants-chercheurs ont suspendu leurs cours depuis cinq semaines. Ils attendent le paiement de leurs heures supplémentaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.