Accéder au contenu principal
Bénin

Bénin: un militaire en cavale après avoir séquestré son supérieur

La ville de Kandi, où se trouve le camp militaire abritant le 7e bataillon interarmées.
La ville de Kandi, où se trouve le camp militaire abritant le 7e bataillon interarmées. Google Maps
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le 1er janvier a été agité au camp militaire de Kandi, à 630 kilomètres au nord de Cotonou. Désiré Azatassou, commandant adjoint du 7e bataillon interarmées, a séquestré son supérieur et tenté de s'autoproclamer chef. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. Il a donc pris la suite et est activement recherché.

Publicité

Selon les informations de RFI, tôt le 1er janvier, le commandant Désiré Azatassou, numéro deux de son unité, s'en prend à son chef. Il défonce les portes de sa résidence, le séquestre dans le local disciplinaire.

Il proclame alors qu'il est le nouveau chef des lieux, puis prend la route de Ségbana, une ville voisine où se trouve un autre camp militaire.

Quatre hommes l'accompagnent dans son aventure. Mais leur véhicule tombe en panne. Ils font alors demi-tour, retournent à la base, se présentent à leur chef entre-temps délivré par ses hommes et restituent armes et munitions.

Le commandant adjoint comprend et prend la fuite. Un avis de recherche est lancé contre lui.

A Kandi, tout est rentré dans l'ordre, le camp fonctionne normalement, assure un haut gradé. Dans la soirée, un récit émanant des sources proches du pouvoir qualifie l'incident d'« acte isolé d'un marginal ».

La même source révèle que l'officier en cause a un passif. Il est interdit de missions onusiennes et a fait l'objet de punitions par le passé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.