Accéder au contenu principal
Algérie

Algérie: en grève, les médecins résidents manifestent contre le service civil

Les médecins résidents manifestent principalement contre le format actuel du service civil (image d'archives)
Les médecins résidents manifestent principalement contre le format actuel du service civil (image d'archives) AFP PHOTO / FAROUK BATICHE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Algérie, le mouvement de protestation des médecins résidents – l'équivalent des internes – se durcit. La semaine dernière, une manifestation a été empêchée, plusieurs médecins ont été blessés. Et ces événements ont provoqué beaucoup d'émotion dans le milieu médical. Dimanche 7 janvier, les résidents ont refusé de passer leurs examens de doctorat.

Publicité

Dans la cour de la faculté de médecine, ils sont des centaines rassemblés sous la pluie. Ils refusent de se présenter aux examens, annoncent la poursuite de leur grève, et dénoncent le manque de dialogue des autorités.

Hamza Boutaleb, l'un des membres du Collectif autonome des médecins résidents, déplore la façon dont la rencontre avec le ministre s’est déroulée. « Nous avons été en réunion avec le ministre de la Santé. Mais on ne peut pas appeler ça une réunion. Ça a duré 15 minutes, c'est le ministre qui a parlé. Le collectif n'a pas eu la parole et n'a pu expliquer ses revendications ».

Le point de revendication principal, c'est le service civil. Un service obligatoire, pendant au moins deux ans et, souvent dans une région éloignée. Pour Zahra Hafiri, une autre membre du Collectif autonome des médecins résidents, le problème est le caractère obligatoire du service civil : « On refuse le service civil, dans sa forme actuelle, partant du principe que tant qu’il reste obligatoire, on ne peut parler de mesure incitative et on ne peut pas parler de nouvelle forme du service civil puisque tant que le caractère obligatoire est là, ça ne changera pas. »

Les médecins résidents demandent désormais à être reçu par le Premier ministre. Un nouveau rassemblement est prévu ce mardi à Oran.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.