Madagascar

Madagascar: Marc Ravalomanana candidat à l'élection présidentielle

Marc Ravalomanana, le 17 février 2011.
Marc Ravalomanana, le 17 février 2011. Reuters / Mike Hutchings

Marc Ravalomanana, l'ancien chef de l'Etat malgache de 2002 à 2009, a convié la presse mardi 9 janvier. Officiellement, pour présenter ses voeux. Pendant plus d'1h30, ce fin communicant a répondu aux questions des journalistes. A moins d'un an de l'élection présidentielle qui doit se dérouler fin 2018 dans le pays, l'opposant et ancien président a réaffirmé sa volonté de se présenter, et ce même s'il a été condamné aux travaux forcés à perpétuité en 2010.

Publicité

Pour Marc Ravalomanana, il n'y a pas d'obstacle à sa candidature en 2018. Sa condamnation par contumace aux travaux forcés à perpétuité pour la tuerie du 7 février 2009, jour où la garde présidentielle a tiré sur une foule de manifestants, n'est pas valide, soutient-il.

« Vous savez bien qu'en politique, il ne faut pas accepter toutes les condamnations, les accusations. Je ne me sens pas encore condamné, je n'ai pas encore reçu la notification. Parce que le jugement, à l'époque, n'est pas compétent, c'est la Haute Cour de justice qui est compétente pour juger le président de la République. »

En cas d'empêchement de sa candidature, l'ancien chef de l'Etat brandit à demi-mot le spectre de troubles politiques

« S'ils bloquent ma candidature, c'est à vous d'imaginer la situation. C'est tout. Ce n'est pas une menace. »

Et dans cette course à la présidentielle, Marc Ravalomanana a aussi évoqué une possibilité d'alliance politique pour le moins surprenante

« Si Rajoelina venait me voir et faisait un accord avec moi, je suis prêt, pas de problème, je le connais depuis longtemps. Il est businessman aussi. »

Une déclaration qui a provoqué l'hilarité d'une partie de l'auditoire, celle-ci ne sachant pas si l'ancien président était sérieux ou non... Car faut-il préciser qu'Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, est l'homme qui a renversé le pouvoir de Marc Ravalomanana en 2009.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail