Accéder au contenu principal
Algérie

Algérie: cafouillage autour de l'annonce de privatisations

Une charte de partenariat public-privé a été signée en décembre en Algérie entre partenaires sociaux sous la houlette du Premier ministre, Ahmed Ouyahia.
Une charte de partenariat public-privé a été signée en décembre en Algérie entre partenaires sociaux sous la houlette du Premier ministre, Ahmed Ouyahia. RYAD KRAMDI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Il y a eu confusion ce week-end autour de l'annonce de la privatisation de certaines entreprises publiques. Le ministre de l'Industrie a d'abord annoncé que la présidence n'avait pas donné son accord à cette mesure annoncée par le Premier ministre Ahmed Ouyahia. Mais hier, la présidence a démenti : elle soutient bien ces mesures de privatisations qui ont pour but de revitaliser l'économie publique du pays.

Publicité

Le 23 décembre dernier, le Premier ministre Ahmed Ouyahia annonce la signature avec les syndicats officiels et le patronat d'une charte de partenariat public-privé. Ce texte permet entre autre l'ouverture du capital de certaines PME publiques, autrement dit des privatisations.

Le FLN, le premier parti du pays, grince des dents. Le parti des travailleurs aussi. Les privatisations n'ont pas bonne réputation. Et les PME publiques emploient près de 30 000 personnes.

Une instruction présidentielle est alors envoyée la semaine dernière au gouvernement : il y est écrit que la décision d'une ouverture de capital d'une entreprise publique reste « de la seule prérogative décisionnelle » du président Bouteflika.

La presse estime que c'est un recadrage du Premier ministre. Mais hier, la présidence dément : elle soutient bien les privatisations qui peuvent aider à « revitaliser » les entreprises publiques, et voulait apporter « plus de transparence » à un processus qui est souvent perçu comme un « bradage du patrimoine public ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.