Accéder au contenu principal
RCA/ONU

L'ONU veut sanctionner les incitations à la haine en Centrafrique

Un casque bleu pakistanais monte la garde dans un camp de déplacés de Kaga-Bandoro, le 19 octobre 2016, quelques jours après des violences qui avaient fait plus de 30 morts en Centrafrique (photo d'illustration).
Un casque bleu pakistanais monte la garde dans un camp de déplacés de Kaga-Bandoro, le 19 octobre 2016, quelques jours après des violences qui avaient fait plus de 30 morts en Centrafrique (photo d'illustration). EDOUARD DROPSY / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Centrafrique, l’ONU peut désormais sanctionner les incitations à la haine, qu’elles soient à caractère ethnique ou religieux, et les violences dirigées contre les travailleurs humanitaires. A l’initiative de la France, le Conseil de sécurité a renouvelé mardi 30 janvier, pour un an, le régime de sanctions et l’embargo sur les armes en vigueur depuis 2013. Onze personnes, dont l'ancien président François Bozizé, et deux entités sont actuellement sous le coup d'une interdiction de voyager et/ou d’un gel des avoirs. De nouveaux noms pourraient donc rejoindre la liste très prochainement.

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Les groupes armés qui opèrent en Centrafrique sont dans le viseur du Conseil de sécurité qui a donc renforcé son arsenal de sanctions. En ajoutant les incitations à la haine à caractère ethnique ou religieux et les attaques contre les humanitaires à la liste des critères susceptibles de conduire à des sanctions, les diplomates espèrent bien faire monter la pression. Le niveau de violence et la résurgence des groupes armés visant les communautés chrétiennes ou musulmanes au cours de derniers mois avaient d’ailleurs conduit le secrétaire général Antonio Guterres à évoquer un risque de nettoyage ethnique.

La résolution reconduit par ailleurs pour un an l’embargo sur les armes qui reste « pertinent » pour le Conseil, en raison des nombreux trafics. Des exemptions sont néanmoins prévues pour la formation et l’armement des forces de sécurité centrafricaines, à condition qu’elles aient été approuvées au préalable par l’ONU. La Russie avait ainsi reçu le feu vert le mois dernier pour livrer des armes aux FACA pour soutenir l’autorité de l’Etat mais leur contrôle avait été renforcé pour éviter la dissémination de cet arsenal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.