Accéder au contenu principal
Bénin

Au Bénin, l'opposition s'organise autour de Sébastien Ajavon

Sébastien Ajavon, ici en mars 2016 (photo d'illustration).
Sébastien Ajavon, ici en mars 2016 (photo d'illustration). PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Bénin, les anciens président Boni Yayi et Nicephore Soglo étaient rassemblés autour de l’homme d'affaires Sébastien Ajavon, arrivé 3eme à la dernière présidentielle. C’était samedi 14 avril, à l’occasion d’un rassemblement public à Djeffa, en banlieue de Cotonou, en présence d'autres personnalités politiques et religieuses. Objectif : mettre en garde l'actuel chef de l'Etat contre les dérives actuelles et lui demander de « convoquer en urgence une assisse nationale des forces vives pour redéfinir de nouvelles bases consensuelles de gouvernance du pays ». Une déclaration commune a été publiée.

Publicité

Autour de Sebastien Ajavon, les anciens présidents Boni Yayi et Nicephore Soglo. L'image est inédite et constitue un signal particulièrement fort pour l'opposition. Celle-ci dénonce pèle mêle « les conflits d'intérêt au sommet de l'Etat », la « chasse à l'homme sous couvert de lutte contre la corruption » et les « attaques contre les libertés fondamentales ».

Dans leur déclaration commune, les trois leaders demandent notamment au président Patrice Talon de se conformer à la décision de la Cour constitutionnelle en installant « sans délai » le COS-LEPI, l'organe chargé de la révision du fichier électoral.

Vers une alliance contre Patrice Talon ?

Cette première déclaration est-elle l'acte de naissance d'un front anti Talon, une sorte d'hydre à 3 têtes qui pourrait faire mal ? Dans le camp du président béninois, on assure que non. « C'est un attelage hétéroclite et improbable, une alliance contre-nature qui est vouée à l'échec », lance Jean-Michel Abimbola, premier coordinateur du bloc de la majorité parlementaire, qui rappelle que les trois hommes se sont tous combattus avec acharnement.

« Ce qui les unit est plus fort que ce qui les divise », répond Donklam Aballo, porte-parole de l'Union sociale libérale, le parti que vient de créer Sebastien Ajavon. Avant d’ajouter : « en politique il n'y a pas d'éternels amis. Il n'y a pas non plus d'éternels ennemis ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.