Accéder au contenu principal
Congo-Brazzaville / Justice

Condamnation du général Mokoko: des opposants dénoncent une justice à 2 vitesses

Le général Jean-Michel Mokoko, opposant à Denis Sassou-Nguesso et ancien candidat à la présidentielle, a été condamné vendredi à 20 ans de prison pour «atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat».
Le général Jean-Michel Mokoko, opposant à Denis Sassou-Nguesso et ancien candidat à la présidentielle, a été condamné vendredi à 20 ans de prison pour «atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat». Getty Images/ Romilly Lockyer
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Congo-Brazzaville, les réactions se poursuivent, en ce début de semaine, après le verdict du procès Mokoko. Le général Jean-Michel Mokoko, opposant à Denis Sassou-Nguesso et ancien candidat à la présidentielle, a été condamné vendredi à 20 ans de prison pour « atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat ». Le procès Mokoko est le premier d'une série à venir puisque d'autres opposants attendent aujourd'hui d'être jugés. Pour Clément Mierassa, président du Parti social-démocrate congolais et coordonnateur du Mouvement citoyen de l'ordre constitutionnel, la justice congolaise fonctionne à deux vitesses.

Publicité

Nous connaissons une situation de deux poids deux mesures.

Clément Mierassa, président du Parti social-démocrate congolais et coordonnateur du Mouvement citoyen de l'ordre constitutionnel

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.