Gabon

Le gouvernement gabonais veut réduire le train de vie de l’Etat

Le palais présidentielle de Libreville (archives).
Le palais présidentielle de Libreville (archives). WILS YANICK MANIENGUI / AFP

Des coupes vont être organisées dans tous les secteurs pour réduire la masse salariale qui consomme 59% des revenus de l’Etat alors que la Cémac recommande 35%. Il y aura des grincements de dents dans les prochains jours mais dans une conférence de presse ce lundi, le porte-parole de la présidence de la République Ike Ngouoni a précisé que cette cure d’austérité vise à sauver l’économie du pays étouffée par une masse salariale trop lourde.

Publicité

Ike Ngouoni, citant le président Ali Bongo, a affirmé que les mesures prises sont historiques. Préconisée depuis plusieurs années, cette cure d'austérité a longtemps été remise à plus tard. Cette fois-ci c'est fait. Pour une première fois, les salaires des fonctionnaires seront réduits. Les gagne-petits sont épargnés. Ceux qui perçoivent plus de 650 000 francs CFA perdront 5% contre 15% pour les Gabonais qui perçoivent 2 millions et plus.

Un nouveau recensement pour démasquer les fonctionnaires fictifs ou qui perçoivent plusieurs salaires démarre dès ce mois de juillet. Tous les agents atteints par la limite d'âge doivent aller à la retraite.

Les frais de fonctionnement des institutions sont réduits de 5 à 15%. Le cabinet du président de la République sera réduit. Idem pour la primature et tous les ministères. Les recrutements dans la fonction publique sont suspendus pour trois ans tout comme les avancements et reclassements.

Le gouvernement espère économiser 70 milliards de francs CFA par an voire plus.
C'est une déclaration de guerre contre les travailleurs, a fulminé Jean-Rémi Yama. Le président de Dynamique unitaire, le plus grand syndicat des fonctionnaires, a regretté des décisions prises sans associer les syndicats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail