Tchad

Tchad: le gouvernement répond aux accusations d’Amnesty international

Vue de Ndjamena, août 2017 (illustration).
Vue de Ndjamena, août 2017 (illustration). Xaume Olleros / AFP

Le gouvernement tchadien qualifie de virulent et sans fondement le rapport publié le 16 juillet dernier par Amnesty International. Intitulé « Budget en chute, répression en hausse : le coût humain des mesures d'austérité », le rapport fait état de la baisse du budget de l'éducation et des services de santé.

Publicité

Dans ce rapport publié le 16 juillet dernier, Amnesty International parle avec inconscience et légèreté de violation des droits de l’homme, de détérioration des droits à la santé et à l’éducation, en passant par le manque des libertés fondamentales, notamment des libertés d’expression, syndicales, d’associations.

Ndolénodji Alixe Naïmbaye, ministre porte-parole du gouvernement

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail