Afrique du Sud

Criminalité en Afrique du Sud: le constat d'échec des autorités

Dans les communautés les plus délaissées, certains habitants finissent par se faire justice eux-mêmes en menant des missions punitives contre les criminels présumés (vue du township de Soweto, photo d'archives).
Dans les communautés les plus délaissées, certains habitants finissent par se faire justice eux-mêmes en menant des missions punitives contre les criminels présumés (vue du township de Soweto, photo d'archives). CC / Matt-80

En Afrique du Sud, c'est un moment très attendu et très redouté dans le pays : la publication mardi 11 septembre des chiffres de la criminalité pour l’année écoulée est une douche froide. Si le nombre total de crimes a légèrement diminué, les meurtres sont en très forte augmentation. Le ministre de la Police qui présentait ces statistiques alarmantes a admis l’échec des forces de l'ordre.

Publicité

20 336, c’est le nombre de meurtres commis en Afrique du Sud entre avril 2017 et 2018, soit 57 homicides par jour en moyenne. Des chiffres inquiétants et en forte augmentation : 7 % de plus que l’année précédente sur la même période.

L’activité des gangs est mise en cause dans 937 meurtres alors que les violences entre compagnies de taxi rivales ont fait 237 victimes dans l’année écoulée.

Le ministre sud-africain de la Police qui présentait ces statistiques a admis les difficultés des forces de l’ordre en sous-effectif. Résultat : dans les communautés les plus délaissées, certains habitants finissent par se faire justice eux-mêmes en menant des missions punitives contre les criminels présumés, ce qui contribue à faire grimper le nombre de meurtres.

Le ministre de la Police est aussi revenu sur les attaques de fermes, un sujet très polémique : 62 personnes sont mortes dans ces attaques, 52 étaient propriétaires de la ferme visée. Quant aux viols, un autre fléau en Afrique du Sud, ils sont aussi en augmentation sur la période, avec en moyenne 110 viols rapportés à la police chaque jour.

Selon le ministre de la Police, il faudrait recruter au moins 10 000 policiers supplémentaires pour tenter d’endiguer la criminalité dans le pays. Il a promis de s’y atteler dès à présent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail