Madagascar

A Madagascar, un sondage sur les élections empêché de publication

Un bureau de vote d'Antananarivo, en 2013.
Un bureau de vote d'Antananarivo, en 2013. REUTERS/Thomas Mukoya

Polémique à Madagascar, après l'annulation de la publication d'un sondage sur les intentions de vote des électeurs à la présidentielle du 7 novembre. Mercredi 26 septembre, les autorités malgaches ont obtenu le retrait de cette enquête d'opinion. Le gouvernement malgache évoque « la sauvegarde de l'ordre public et la sécurité de l'Etat » comme motifs. Ce sondage devait être publié dans le magazine Politika et a finalement été retiré des pages de la revue.

Publicité

Neuf pages arrachées. C'est ce que les journalistes ont constaté en ouvrant le magazine Politika ce mercredi. Des pages qui révélaient les résultats du sondage commandé par la fondation allemande Friedrich Ebert. « C'est un peu une partie de nous qui a été arrachée. Il y a eu des pressions amicales bien évidemment pour nous dissuader de publier les résultats. Puis ça a été notifié officiellement. Nous, nous ne parlons pas d'autocensure, mais de prise de responsabilités », estime Raoto Andriamanambe, le rédacteur en chef du journal.

Sur les réseaux sociaux, ce sont bien les mots « censure » et « autocensure » qui sont utilisés pour qualifier cette affaire. Car après les pressions, c'est finalement une lettre officielle du gouvernement malgache adressée à la fondation qui a eu raison de la publication de ce sondage.

C'est ce qu'a expliqué Marcus Schneider, le représentant de la Friedrich Ebert lors d'une conférence de presse : « Dans cette notification officielle, le gouvernement exprime ses vives préoccupations quant à la publication des résultats. Ils mentionnent aussi le contexte électoral. Et je ne vais pas vous cacher que nous, nous n'avons pas les mêmes appréciations. Les sondages sont indispensables. Dans une démocratie, il est clair que c'est le peuple qui est souverain et les dirigeants sont les simples serviteurs de ce peuple, ce qui n'est peut-être pas toujours vécu de cette manière à Madagascar. Néanmoins, nous pensons que les arguments avancés par les autorités sont des arguments valables. Nous ne voulons pas contribuer à aggraver une tension qui peut-être est déjà latente. »

A Madagascar, la loi n'interdit pas la publication de sondages en dehors de la campagne électorale. Une campagne qui débutera le 8 octobre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail