Accéder au contenu principal
Tunisie

Assassinats politiques: le comité de défense de Chokri Belaïd accuse Ennahda

Lors de l'ouverture du procès des assassins présumés de Chokri Belaïd, devant le palais de justice de Tunis, le 30 juin 2015.
Lors de l'ouverture du procès des assassins présumés de Chokri Belaïd, devant le palais de justice de Tunis, le 30 juin 2015. AFP PHOTO / FETHI BELAID
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Mardi 2 octobre, lors d’une conférence de presse, le comité de défense de Chokri Belaïd a accusé, documents à l’appui, le mouvement islamiste Ennahda, d'être impliqué dans des assassinats politiques entre 2011 et 2013, d'avoir monté une organisation secrète et d’avoir entretenu des liaisons avec des terroristes.

Publicité

Le comité de défense de Chokri Belaïd, assassiné par balles le 6 février 2013 à Tunis, est composé d'avocats, d'universitaires et des activistes des droits de l’homme. Et selon ce comité, ces documents sont le fruit d'un travail de récolte d'informations et des données éparpillées dans des dossiers concernant les différents procès de terrorisme en Tunisie.

« Il y a un silence sur le fond », pointe le secrétaire général du parti des Patriotes démocrates unifiés, membre de la coalition Front populaire. « Toutes les remarques qui ont été soulevées par le comité de défense de Chokri Belaïd, jusqu’à maintenant, nous n’avons pas des réponses frontales point par point. Le ministère de l’Intérieur : silence total. Le mouvement Ennahda essaie de monter une stratégie de communication et qui vise à non pas répondre au comité de défense, mais à répondre au Front populaire et au parti du Front populaire pour dire : « vous essayez d’utiliser ce dossier pour remonter la pente sur la scène politique, pour déstabiliser le mouvement… »

Zied Lakhdhar ne doute pas du sérieux des documents et estime qu’il en va de l’intérêt public. « Ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent, nous aujourd’hui nous avons de vrais dossiers, de vrais documents et de vraies questions auxquelles ils doivent répondre. Et d’ailleurs, les réponses qu’ils vont donner ne concernent pas seulement le Front populaire de ce parti, ni aussi les familles des martyrs. Elles concernent l’avenir de la Tunisie. L’avenir de la démocratie en Tunisie, la stabilité de la Tunisie ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.