Accéder au contenu principal
Soudan du Sud

Soudan du Sud: Machar et Kiir ensemble à la cérémonie pour la paix

Salva Kiir (d) et Riek Machar (c) à Juba le 31 octobre 2018.
Salva Kiir (d) et Riek Machar (c) à Juba le 31 octobre 2018. REUTERS/Jok Solomun
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une grande cérémonie pour la paix a été organisée mercredi 31 octobre au Soudan du Sud. Le président Salva Kiir a invité les groupes rebelles, les leaders régionaux et la communauté internationale pour célébrer la signature de l'accord de paix du 12 septembre, conclu à Addis-Abeba. La journée a été marquée par la venue du chef rebelle Riek Machar, ennemi juré du chef de l'Etat et en exil depuis plus de deux ans. Devant leur peuple, les deux hommes ont donné des gages de bonne volonté.

Publicité

« Que la paix soit sur vous », déclare Riek Machar à la tribune, devant des milliers de personnes venues pour célébrer la paix. L'image du chef rebelle, fuyant Juba à pied alors que les combats entre ses hommes et l'armée faisaient rage a changé. C'est en dignitaire qu'il a été accueilli et en homme de paix qu'il s'est présenté : « Nous avions accueilli favorablement la décision de l'IGAD, en juillet 2017, de relancer le processus de négociation. J'avais aussitôt mis sur pied une délégation de paix pour nous engager dans ce processus de haut niveau. »

Riek Machar s'est aussi adressé à Salva Kiir lui demandant de libérer les prisonniers, de lever l'état d'urgence ou encore d'accorder la liberté de mouvement et d'expression aux partis l'opposition. Le chef de l'Etat s'est alors à son tour adressé à la foule. « Je veux rappeler devant vous tous que la guerre est terminée, a affirmé Salva Kiir. Riek Machar et moi-même, ainsi que tous les leaders d'opposition avons décidé de nous pardonner. Et nous avons décidé, en toute conscience, de faire avancer le pays, à travers un processus de guérison. »

Le président Kiir a joint le geste à la parole. Il a annoncé la libération de deux proches du chef rebelle. James Gatdet Dak, condamné à mort par pendaison en février et William John Endley, un Sud-Africain, colonel à la retraite, condamné à mort pour conspiration, livraison d'armes et espionnage.

On verra si cette journée aura des effets sur le long terme. En effet, il reste d'autres détenus politiques, des combats éclatent toujours sur le terrain, et l'accord de paix peine à être appliqué.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.