Accéder au contenu principal
Tchad

Tchad: un sous-préfet du Tibesti démissionne suite à des violences à Miski

Le sous-préfet de Yebbi-Bou, dans le Tibesti, estime que l'armée tchadienne est derrière des actes de violence à l'encontre de populations civiles à Miski. (photo d'illustration)
Le sous-préfet de Yebbi-Bou, dans le Tibesti, estime que l'armée tchadienne est derrière des actes de violence à l'encontre de populations civiles à Miski. (photo d'illustration) REUTERS/Emmanuel Braun
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des affrontements entre l'armée et des présumés terroristes ont eu lieu mercredi 31 octobre à Miski dans la région du Tibesti. L'armée avait affirmé avoir répondu à une attaque de la rébellion tchadienne. Selon le sous-préfet de Yebbi-Bou, l'armée aurait utilisé des moyens aériens et d'artillerie pour s'en prendre aux populations civiles. Le sous-préfet annonce à RFI qu'il démissionne de son poste.

Publicité

Le sous-préfet dénonce des bombardements aériens, des pillages et des incendies de maisons. « Je ne peux pas cautionner ces actes. Par conséquent, je tire les conclusions qui s’imposent et je démissionne de mon poste avec effet immédiat. »

Le sous-préfet démissionnaire annonce dans la foulée rejoindre un comité d’autodéfense, car pour lui ces opérations ainsi que le nouveau découpage territorial engagé par l’Etat n’ont qu’un but.

« Déby et son clan voudraient absolument mettre la main sur la richesse de Miski. J’ai dit cela en connaissance de cause. Sous mes responsabilités. C’est-à-dire pendant que j’étais sous-préfet. Déby et sa famille ont tenté à maintes reprises d’exploiter l’or de Miski, en dehors de tout cadre légal. »

Des accusations rejetées par le ministre tchadien de la Sécurité publique Ahmat Mahamat Bachir. Mais le ministre reconnaît tout de même à demi-mot que l’Etat intervient dans la zone pour contrôler lesdites ressources. « Il y a des mercenaires, des terroristes, des esclavagistes, qui ne veulent pas que le gouvernement, l’Etat, mette la main sur ces ressources-là ! »

Face à cette fronde, le ministre se dit déterminé à employer la force. « Le gouvernement ne lésinera sur aucun moyen ! Nous allons tout engager pour nettoyer la zone ! Nous allons engager tous les moyens pour défendre le territoire national ! Tous les moyens, je dis bien ! »

Ahmat Mahamat Bachir refuse toutefois de préciser le nombre de forces militaires engagées pour l’heure à Miski et dans la région.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.