Accéder au contenu principal
Algérie

Algérie: l'inquiétude du Syndicat des éditeurs de la presse électronique

TSA (Tout sur l'Algérie), un site d'information algérien, relaie les inquiétudes du Saepe.
TSA (Tout sur l'Algérie), un site d'information algérien, relaie les inquiétudes du Saepe. capture d'écran TSA
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Huffpost Algérie, TSA, Maghreb Emergent... En tout, 23 sites algériens d'information dénoncent des attaques des autorités sans précédent dans la jeune histoire de la presse en ligne. Ils sont réunis au sein du Syndicat algérien des éditeurs de la presse électronique (le Saepe) qui donnait mercredi 7 novembre une conférence de presse. Ce dernier réclame la libération de six journalistes et éditeurs, arrêtés ces dernières semaines et maintenus en détention dans l'attente de leur jugement. Saïd Boudour, membre cofondateur du Saepe, lui-même éditeur du titre JCA (Journalistes citoyens d'Algérie), évoque la situation au micro de RFI.

Publicité

Six journalistes sont en prison. On a interdiction de tenir l'assemblée générale du syndicat des éditeurs de la presse électronique. Moi personnellement, j'ai été enlevé le 1er juin 2018 qui parle de la cocaïne saisie au port d'Oran [...] On sent que le pouvoir algérien a peur du travail journalistique sur le net

Le Syndicat de la presse électronique dénonce arrestations

Selon un communiqué du Saepe, les détenus dans l'attente de leur jugement sont Abdou Semmar (Algérie Part), Merouane Boudiab (Algérie Part), Adlene Mellah (DzairPress), Lies Hadibi (Al Djazair24), Abdelkrim Zeghilache (Sarbacane), Said Chitour (Indépendant).

→ RELIRE : Algérie: des journalistes demandent la libération de trois de leurs confrères

→ RELIRE : Crimes et atteintes envers les journalistes: l'Afrique aussi en pâtit

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.