Accéder au contenu principal
Afrique du Sud

Corruption en Afrique du Sud: le témoignage très attendu de Pravin Gordhan

L'ex-ministre des Finances sud-africain Pravin Gordhan, ici le 14 mars 2016.
L'ex-ministre des Finances sud-africain Pravin Gordhan, ici le 14 mars 2016. REUTERS/Siphiwe Sibeko
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Afrique du Sud, Pravin Gordhan, ancien ministre des Finances sous l’ex-président Jacob Zuma, témoigne depuis lundi devant une commission d'enquête sur la corruption au plus niveau de l’Etat. Il s’agit d’un des plus gros scandales touchant l’ex-président Zuma, la collusion présumée entre son gouvernement et la richissime famille d'hommes d'affaires indiens, les Gupta. L’enquête qu’on surnomme « la Capture de l'Etat » s’est ouverte en août dernier, quelques mois après la démission forcée de Jacob Zuma.

Publicité

Pendant près de six heures, Pravin Gordhan a témoigné devant la commission d’enquête. Ex-ministre des Finances brutalement limogé par l’ancien président Jacob Zuma, Gordhan est revenu sur ses 15 mois passés à la tête du Trésor.

Il a évoqué les projets nucléaires du président, les nominations suspectes à la tête de sociétés d’Etat, et ses rapports avec les Gupta. Cette famille d’hommes d’affaires proche de Zuma est accusée d’ingérence dans les affaires de l’Etat.

Gordhan s’en est pris à l’ancien président Zuma, l’accusant d’avoir autorisé un climat d’impunité permettant la corruption: « Cela a eu un impact très important sur la croissance économique du pays », a-t-il ajouté.

Son interrogatoire doit se poursuivre mardi. Il y a quelques mois, Gordhan avait estimé à plus de 6 milliards d'euros le montant détourné des caisses de l’Etat, notamment via l’attribution frauduleuse de marchés publics.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.