Madagascar

Madagascar: Marc Ravalomanana retire finalement tous ses recours

Manifestation devant la Haute Cour constitutionnelle de Madagascar, le 21 novembre 2018.
Manifestation devant la Haute Cour constitutionnelle de Madagascar, le 21 novembre 2018. RFI / Sarah Tétaud

Après avoir déposé 208 réclamations mardi devant la Haute Cour constitutionnelle, l’équipe de Marc Ravalomanana, qualifié pour le second tour de la présidentielle malgache, a finalement retiré ses plaintes mercredi 21 novembre.

Publicité

Au pied de la Haute Cour constitutionnelle, pour la troisième journée consécutive, une quarantaine de manifestants se pressent, visiblement payés pour faire du bruit et agiter des banderoles sur lesquelles on peut lire « Non à la fraude électorale » ou encore « Communauté internationale, ne transformez pas notre pays en un enfer ! ». De son côté, le clan Ravalomanana, par la voix de Hasina Andriamadison, le responsable de l'équipe d'avocats et d'huissiers, a fait une annonce pour le moins surprenante.

« L'équipe juridique du TIM et du candidat numéro 25 ont présenté 208 requêtes [mardi], au niveau de la HCC. Mais dans l'intérêt suprême de la nation et pour qu'il n'y ait pas de troubles, nous avons décidé aujourd'hui de déposer à la HCC une lettre de désistement de ces 208 requêtes », a-t-il indiqué.

« Une stratégie »

Derrière ce retrait, « une stratégie », explique le directeur de campagne Tsehenoarisoa Rabenja. « Nous avons remarqué une tendance à vouloir annuler totalement les suffrages exprimés durant le 7 novembre. Et le KMMR (comité de soutien à Marc Ravalomanana, NDLR) n'accepte pas qu'il y ait utilisation de notre dépôt de dossiers en recours pour justifier l'annulation des élections. Nous acceptons les résultats provisoires proclamés par la Céni et nous attendons sereinement la décision de la HCC », a-t-il justifié.

Rajoelina et Ravalomanana qualifiés pour le second tour

La HCC confirme avoir bien reçu la lettre de désistement. L'institution n'aura finalement à traiter que « sept requêtes » : celles déposées par un collectif de candidats - comprenant notamment Hery Rajaonarimampianina, le président sortant - qui réclament entre autres l'annulation du scrutin du premier tour et celles déposées par Andry Rajoelina, qui demande entre autres un audit sur le logiciel de traitement des résultats utilisé par la Céni.

Les réponses à ces requêtes et les résultats officiels seront proclamés mercredi 28 novembre prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail