Algérie

Algérie: l'option d'un report de la présidentielle a bien été évoquée

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika lors des élections locales de novembre 2017.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika lors des élections locales de novembre 2017. RYAD KRAMDI / AFP

A trois mois de la fin du mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika, l’hypothèse d’un report de l’élection présidentielle a bien été évoquée par le pouvoir. C’est notamment le sujet d’une rencontre qui a eu lieu entre le frère du chef de l’Etat et le leader du principal parti islamiste du pays.

Publicité

C’était au mois de novembre. Abderrazak Makri, le chef du premier parti islamiste du pays, appelle publiquement à un report de l’élection présidentielle. Selon lui, la possibilité d’un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika ne fait pas consensus au sein des décideurs. Mais il n’y a pas non plus de consensus sur le successeur. Il propose donc de reporter l’élection pour donner du temps aux différents acteurs politiques de dialoguer et de se mettre d’accord.

→ A LIRE :la situation politique en six questions

Ce jeudi, le journal El Khabar a publié le contenu d’un courrier du parti islamiste : Abderrazak Makri y écrit qu’il a rencontré à plusieurs reprises le frère du président, Saïd Bouteflika, et il affirme que ce dernier était favorable à l’option du report de la présidentielle.

Alors que les acteurs du pouvoir ont du mal à se mettre d’accord sur la succession du président, le journal El Khabar révèle d’autres éléments importants : d’abord, les autorités ont envisagé la possibilité de rallonger la durée du mandat du président de cinq ans à sept ans, avant de penser à repousser de l’élection. Mais l’armée, et notamment les services de sécurité, s'est opposée au report de la présidentielle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail