Accéder au contenu principal
RDC / Elections en RDC

RDC: meeting avorté de Martin Fayulu au siège du MLC

Martin Fayulu, à Kinshasa, le 12 janvier 2019, après avoir déposé son recours à la Cour constitutionnelle contre les résultats de la présidentielle.
Martin Fayulu, à Kinshasa, le 12 janvier 2019, après avoir déposé son recours à la Cour constitutionnelle contre les résultats de la présidentielle. REUTERS/Baz Ratner
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Martin Fayulu avait prévu de tenir un meeting au siège interfédéral du Mouvement de libération du Congo (MLC) de l’opposant Jean-Pierre Bemba à Kinshasa. Mais finalement, il s’est contenté d’une ronde dans plusieurs quartiers de Kinshasa, le lieu du meeting étant quadrillé par la police.

Publicité

Dès 9h00 du matin, plusieurs dizaines de policiers sont déployés aux alentours du siège provincial du Mouvement de libération du Congo. Le podium qui devrait être utilisé par Martin Fayulu est saisi par la police. Vers midi, la tension monte d’un cran. Quatre militants sont brièvement interpellés. Quelques heures plus tard, le général Sylvano Kasongo, chef de la police à Kinshasa, débarque.

« Nous on croyait que c’était en plein air. Mais si c’est dans l’enclos, il n’y a pas de problème. Mais en plein air, il faut avoir l’autorisation du gouverneur de l’autorité elle-même. Mais maintenant qu’on sait que c’est à l’intérieur, voilà, nous avons enlevé les policiers, ils ne sont plus là. Ils sont là-bas, nous sommes aux alentours », explique-t-il.

Alors qu’il tente d’accéder au siège du MLC, Stanis Bujakera, le journaliste du média en ligne actualité.cd est brutalisé. Il s’en sort avec une blessure à la main.

« L’officier qui était sur place a été interpellé. Il est aux arrêts (...) », précise le chef de la police.

Finalement, la police se retire. Le message qui devrait être délivré par Martin Fayulu va être donné par Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC de Jean-Pierre Bemba : « Les preuves à notre disposition sont que nous avons gagné les élections et que les résultats publiés par la Cour constitutionnelle ne sont pas conformes à la vérité des urnes », lance-t-elle.

Entre-temps, Martin Fayulu a fait une ronde dans quelques quartiers de Kinshasa délivrant personnellement le même message.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.