Mali

Mali: un collectif d’associations réclame l’application de la peine de mort

Le palais de justice de Bamako, Mali (photo d'illustration)
Le palais de justice de Bamako, Mali (photo d'illustration) AFP/Habibou Kouyaté

Au Mali, à l'appel d'un Collectif d'associations de musulmans, un meeting regroupant environ 4 000 personnes s'est tenu, samedi 26 janvier, à Bamako pour réclamer l'application de la peine de mort. Au Mali, la peine de mort n'a pas été abolie mais elle n'est plus appliquée depuis de nombreuses années. Ces derniers temps, une vague de crimes dont l'assassinat d'un imam, ont été enregistrés à Bamako et réveillé certains esprits.

Publicité

Des bébés dans les bras ou au dos de leur mère, pendant le grand meeting, les femmes, toutes voilées, étaient venues nombreuses. Certaines, dans la salle pleine à craquer du Palais de la Culture Amadou Hampâté Bâ, à Bamako, tenaient en main des feuilles blanches sur lesquelles on pouvait lire: « Peine de mort ». Au présidium, un dessin représente un homme pendu. L’application de la peine de mort était sur toutes les lèvres.

C’est l’assassinat, la semaine dernière, d’un imam, à Bamako, qui a fait sortir les associations musulmanes de leur gong.

« Aujourd’hui, avec la floraison effrénée et incontrôlée des crimes au Mali, vraiment, il est nécessaire que nos rétablissions la peine de mort. Trop, c’est vraiment trop ! La peine de mort existait dans nos codes mais avec ce moratoire, cela ne s’exécutait pas », estime Mohamed Kimbiri, président du Collectif des Associations musulmanes du Mali.

Certains, dans le public, vont plus loin et demandent l’application de la charia, la loi coranique: « C’est-à-dire que, quand tu tues quelqu’un, on doit te tuer. C’est ça ! C’est ça la charia ».

Le grand rassemblement s’est déroulé sans incidents.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail