Accéder au contenu principal
Ethiopie

Ethiopie: ouverture du procès de l'ex-président de la région Ogaden

Une vue d'Addis Abeba, en Ethiopie.
Une vue d'Addis Abeba, en Ethiopie. ©GettyImages
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le procès du tristement célèbre ancien président de la région Ogaden a commencé mercredi devant une haute cour à Addis Abeba. Adi Mohamed Omer, aussi connu sous le nom d’Abdi Iley, avait été arrêté en août 2018 après une intervention de l’armée fédérale et trois jours de violences dans cette région à majorité somalie. Il est accusé d’incitation à la violence ethnique.

Publicité

Tout-puissant durant son règne, voilà Abdi Iley transformé en accusé ordinaire.
Epinglé à de nombreuses reprises par les défenseurs des droits de l’homme durant sa décennie au pouvoir, Abdi Iley est resté droit dans ses bottes durant l’audience.
L’ancien tristement célèbre président de la région Ogaden a plaidé non coupable et accusé le procureur de fabriquer des mensonges contre lui.

Ce dernier a accusé Abdi Iley d’avoir participé à la formation de groupes de jeunes somalis pour attaquer d’autres ethnies, à la dissémination de messages poussant au meurtre, à la saisie ou la destruction de propriétés, au pillage de banques et compagnies d’assurances, et enfin à l’incendie d’églises et stations-services.

D’autres charges plus lourdes pourraient s’ajouter suite à une enquête gouvernementale ayant révélé un règne de terreur et une litanie d’atrocités, notamment torture, décapitations et viols de masse. Plusieurs fosses communes renfermant des centaines de corps ont également été retrouvées.

Abdi Iley était à la barre aux côtés de cinq autres accusés. Mais en tout, 47 personnes, la plupart anciens responsables sous son administration, sont citées dans le dossier. La plupart encore sont en fuite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.