Comores

Présidentielle aux Comores: la Cour suprême annonce la liste des candidats

Une vue de Moroni, la capitale de l'archipel des Comores.
Une vue de Moroni, la capitale de l'archipel des Comores. TONY KARUMBA / AFP

La chambre administrative de la Cour suprême de Moroni a rendu samedi la liste définitive des candidats retenus pour l'élection présidentielle anticipée des Comores du 24 mars prochain. Elle a confirmé sa décision du 29 janvier dernier de débouter trois candidats. Mais elle a également rejeté deux nouvelles candidatures et parmi les plus importantes l'ancien vice-président qui avait talonné Azali Assoumani à 4 000 voix près lors de l'élection précédente il y a 2 ans, et le député du parti Juwa de l'ancien président Sambi.

Publicité

Ils seront treize candidats à la présidence des Comores. L’ancien vice-président Mohamed Ali Soilihi n’en fera pas partie. La Cour suprême a invalidé sa candidature, à la veille de la date limite ne permettant ainsi aucun recours, car elle ne comportait pas sa déclaration de patrimoine.

Le député Ibrahim Mohamed Soulé a quant à lui été débouté, car son investiture du parti n’avait pas été signée par le secrétaire général du Juwa. Ce dernier a été condamné en décembre dernier à sept ans d’emprisonnement dont trois de déchéance de ses droits civiques.

La section administrative de la Cour suprême a estimé que signée par le secrétaire général adjoint du parti, l’investiture versée au dossier était irrecevable. Pourtant le même adjoint a également signé une candidature du parti aux élections gouvernoriales, validée, elle, par la même Cour suprême.

Le député a qualifié la décision de la Cour suprême « d’unique, illégitime et illégale ». Selon lui, « il s’agit là d’une décision motivée par la peur du parti Juwa qui a fait élire les trois derniers présidents du pays. »

Le président Azali avait lui-même conclu alliance avec Juwa en 2016 lors du second tour de l’élection présidentielle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail