Accéder au contenu principal
RDC

Lumumba Papers: Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere attaquent la BGFI

Henri-Claude Oyima à droite est le directeur général de la BGFI (ici le 21 mars 2016, à Abidjan).
Henri-Claude Oyima à droite est le directeur général de la BGFI (ici le 21 mars 2016, à Abidjan). SIA KAMBOU / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les lanceurs d'alerte congolais Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere assignent en justice, en France, la banque BGFI Bank et sa filiale congolaise dirigée par des proches de l’ancien président Joseph Kabila.

Publicité

L'annonce a été faite mercredi 13 février par la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF). Les deux ex-banquiers avaient signalé à leurs supérieurs des détournements de fonds publics et l’existence de comptes liés au financement du terrorisme.

Après avoir subi des représailles, ils ont été forcés de s’exiler avec leurs familles. L'affaire avait été révélée dans la presse et surnomée les « Lumumba Papers ».

Ce que je demande aujourd'hui à la justice, c'est de faire la lumière sur tout ce qui s'est passé. Il y a eu des abus, des menaces, l'exil forcé, aujourd'hui je me retrouve en exil, et je veux qu'il y ait réparation de la part de la BGFI. Au début de l'affaire, j'ai commencé par alerter mes supérieurs. C'était des opérations très peu orthodoxes qui cachaient à la fois du blanchiment d'argent, du détournement. Les sociétés étaient très proches de M. Kabila [...] Avec le changement qui s'annonce au Congo, c'est le bon moment pour réclamer la justice.

En exil, Jean-Jacques Lumumba, réclame justice

Le dirigeant de la BGFI Bank, Henri-Claude Oyima, a assuré hier à nos confrères de Jeune Afrique « ne pas être au courant » de cette assignation en justice. La banque a par ailleurs toujours démenti les accusations de blanchiment d'argent.

→ RELIRE :Géopolitique : Le XXIe: siècle des lanceurs d’alerte?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.