Accéder au contenu principal
RDC

RDC: Joseph Kabila poursuit la mobilisation du FCC à Kingakati

Joseph Kabila, lors d'une réunion politique dans sa ferme de Kingakati, en dehors de Kinshasa, le 7 août 2018. (Photo d'illustration)
Joseph Kabila, lors d'une réunion politique dans sa ferme de Kingakati, en dehors de Kinshasa, le 7 août 2018. (Photo d'illustration) REUTERS/Kenny Katombe
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'ex-président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, continue de recevoir ses partisans dans sa ferme située à l'est de Kinshasa.

Publicité

Plus de 330 députés qui se réclament du Front commun pour le Congo (FCC) ont rencontré Joseph Kabila, dimanche 24 février, au parc animalier de la Nsele, appendice de la ferme de Kingakati. Objectif : recevoir des orientations nécessaires en tant que majorité parlementaire.

L'occasion a également permis de se souvenir d'Antoine Gizenga, décédé le jour même à Kinshasa. D’entrée de jeu, une minute de silence a été observée. Pour le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya, le fondateur du Palu (Parti lumumbiste unifié), également ancien Premier ministre, était considéré comme un allié de poids par Joseph Kabila.

« C’est une perte. D’autant plus que, tant qu’il était vivant, il était une référence. Et puis, c’est quelqu’un qu’on consultait régulièrement. Il n’est plus, nous perdons là un sage auprès de qui on allait s’abreuver », déplore Néhémie Mwilanya.

Tenir les « référentiels idéologiques »

La rencontre de dimanche à la ferme animalière de la Nsele a servi à l’ex-président de communiquer sur les enjeux et les défis de la nouvelle dynamique politique.

« Nos référentiels idéologiques sont connus : il appelle les députés à les tenir et avoir pour rationalité dans leur démarche le Congo, défendre le Congo, promouvoir les intérêts de la population et, évidemment, être à l’avant-garde dans tout ce qui concerne le renouvellement de l’intelligence des Congolais », a défendu le coordonnateur du FCC.

Reste maintenant la formation du gouvernement. Le FCC, qui revendique la majorité, entend désigner le futur Premier ministre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.