Accéder au contenu principal
RCA

RCA: l'Assemblée nationale a un nouveau bureau... et des dossiers à traiter

L’Assemblée nationale centrafricaine, à Bangui.
L’Assemblée nationale centrafricaine, à Bangui. RFI/David Thomson
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un moment important de la vie politique publique d’autant que l’année qui vient de s’écouler a été une année difficile pour l’institution : destitution du président de l’Assemblée nationale, tirs dans l’hémicycle et arrestation d’un député (ancien leader antibalaka) qui a ensuite été transféré à la CPI pour être jugés pour les faits commis lors de la crise, scandale de détournements de fonds et de mauvaise gestion… Mais finalement peu de changement dans le bureau : trois des quatre vice-présidents ont été réélus ainsi que le questeur.

Publicité

Jean-Symphorien Mapenzi, premier vice-président de l’Assemblée nationale, est reconduit. « C’est un sentiment de fierté et de joie. Mais aussi un sentiment du devoir accompli. C’est la reconnaissance du travail fourni. »

De nombreux dossiers attendent l’équipe : « D’abord d’assainir l’Assemblée de mettre la bonne gouvernance. Nous allons ce mois-ci attaquer le code électoral. Ensuite il y a le code des collectivités. C’était déjà sur notre table mais aussi l’accord de Khartoum a mis un accent sur la décentralisation donc voilà les grands chantiers qui nous attendent. »

Autre dossier pour l’Assemblée nationale, le suivi du nouveau gouvernement voulu par les accords de Khartoum. Les nombreuses démissions de ministres inquiètent les députés.

« C’est vrai que nous attendons que le gouvernement éclaircisse ce qu’il se passe parce qu’il y a des défections par ci par là, confie Henri Mylla Vigner, troisième vice-président, le nouvel élu du bureau. C’est très important. C’est l’avenir du pays et il ne faut pas laisser tomber les accords de Khartoum qui est un accord qui devait nous emmener vers la paix pour protéger le pays, protéger le peuple centrafricain. Et si aujourd’hui il commence à y avoir des tiraillements, c’est vraiment inquiétant pour nous donc on ne peut pas laisser ca en seconde position. »

Autre dossier prioritaire à venir : le projet de loi sur la Commission justice, vérité, réparation et réconciliation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.