Ethiopie

Ethiopie: l’enquête sur le crash du vol ET302 progresse

Des débris du vol ET302 sont visibles à l'emplacement du crash, à une soixantaine de kilomètres au sud-est d'Addis-Abeba, le 11 mars 2019.
Des débris du vol ET302 sont visibles à l'emplacement du crash, à une soixantaine de kilomètres au sud-est d'Addis-Abeba, le 11 mars 2019. REUTERS/Tiksa Negeri/File Photo

Alors que le difficile travail de recueil des corps des victimes du crash de l'avion d'Ethiopian Airlines se poursuit, l'enquête, elle, avance puisque les deux enregistreurs de vol, les fameuses boîtes noires, ont été retrouvés. Des experts américains doivent arriver sur place mardi 12 mars pour aider leurs collègues éthiopiens.

Publicité

Plusieurs témoins interrogés par l'agence de presse Reuters disent avoir vu l'avion tomber dans leur champ. L'appareil était très bas, aurait tenté de reprendre de l'altitude, puis effectué un brusque virage avant l'impact au sol.

Selon ces riverains du site du crash, de la fumée s'échappait de l'avion. Certains d'entre eux évoquent même des étincelles et un bruit très fort. Ces agriculteurs parlent également de papiers et de vêtements qui s'échappaient du Boeing.

Le site spécialisé Flightradar24 indiquait, dès dimanche, que la vitesse après le décollage était instable. Un symptôme qui ressemble à celui du vol indonésien qui s'est abîmé en mer de Java en octobre dernier. En conséquence, plusieurs compagnies ont provisoirement arrêté d'utiliser le Boeing 737 MAX 8.

Au moins une boîte noire abîmée

Même si les boîtes noires seront très précieuses pour déterminer les causes du drame, au moins une est endommagée, selon un cadre d'Ethiopian Airlines, interrogé par l'agence Associated Press.

La compagnie aérienne avait martelé dimanche que le pilote, la capitaine Yared, était expérimenté, avec plus de 8 000 heures de vol à son actif. L'avion, lui, était neuf et avait récemment été en maintenance.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail