Accéder au contenu principal
Burundi

Burundi: des élèves arrêtées pour avoir gribouillé sur la photo du président

Les six collégiennes sont élèves à Kirundo, dans le nord-est du Burundi.
Les six collégiennes sont élèves à Kirundo, dans le nord-est du Burundi. Google Maps
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Burundi, on ne plaisante pas avec la photo du président. Six écolières, accusées d'avoir gribouillé sur une photo du président Pierre Nkurunziza dans des manuels scolaires, ont été placées en garde à vue. Elles étaient toujours détenues jeudi 14 mars et n'ont pas encore été inculpées.

Publicité

Les six collégiennes âgées de 15 à 19 ans ont été placées en garde à vue dès mardi. C'est le procureur de Kirundo qui aurait donné l'ordre de les arrêter. Elèves dans une école de Kirundo dans le nord-est du Burundi, selon des ONG locales, elles sont accusées d'être les auteurs de gribouillages trouvés sur une photo du président Nkurunziza dans cinq livres de sciences humaines de leur école.

La Fédération nationale des associations engagées dans le domaine de l'enfance (Fenadeb) confirme l'arrestation des six écolières sur son compte Twitter. Cette plateforme regroupe 48 associations de la société civile.

Un autre écolier de 13 ans aurait également été arrêté avant d'être immédiatement relâché car il n'avait pas atteint l'âge de la majorité pénale, fixée à 15 ans au Burundi, selon la Fédération nationale des associations engagées dans le domaine de l'enfance.

Aucun responsable administratif ou judiciaire n'a pu être joint jeudi soir, mais un enseignant de l'école, joint par l'Agence France-Presse, a confirmé ces arrestations. Selon lui, cela faisait trois ans que ces livres n'avaient pas été contrôlés par des responsables. D'autres élèves auraient donc pu tout à fait être responsables de ces gribouillages.

En 2016, plusieurs écoliers avaient été condamnés jusqu'à 20 ans de prison pour outrage au chef de l'Etat et atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat dans des cas similaires. Avant que l'indignation au niveau international ne fasse changer les autorités d'avis. Les élèves avaient finalement été blanchis et réintégrés dans leurs écoles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.