Accéder au contenu principal
SADC / Sahara occidental

L'Afrique du Sud veut apporter le soutien de la SADC au Sahara occidental

Un hélicoptère des Nations unies atterrit dans un champ, tandis qu'un membre du Front Polisario monte la garde durant la visite au Front du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, le 5 mars 2016, à Bir-Lahlou (Sahara occidental).
Un hélicoptère des Nations unies atterrit dans un champ, tandis qu'un membre du Front Polisario monte la garde durant la visite au Front du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, le 5 mars 2016, à Bir-Lahlou (Sahara occidental). Farouk Batiche / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les pays d’Afrique australe sont réunis pour apporter leur soutien au Sahara occidental. L’Afrique du Sud accueille depuis ce lundi 25 mars une conférence de solidarité avec le peuple sahraoui qui réunit tous les pays membres de la SADC, la Communauté de développement de l'Afrique australe. Le Sahara occidental lutte depuis plus de quarante ans pour son indépendance du Maroc.

Publicité

Les rapports de force ont récemment changé sur le dossier sahraoui. Le Maroc a effectué un important lobbying ces dernières années et réintégré l’Union africaine et plusieurs pays, y compris certains de la région australe, ont gelé leur relation avec le mouvement indépendantiste sahraoui.

C’est pour tenter de rééquilibrer ce rapport de force en faveur de ses alliés sahraouis que Pretoria veut apporter le soutien de la région australe au Sahara occidental. Les Sud-Africains sont bien décidés à mettre à profit les discussions entre le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario. Elles ont repris il y a quelques mois sous l’égide des Nations unies, après six années d’interruption.

L’Afrique du Sud, qui considère le Sahara occidental comme l’un des derniers territoires colonisés du continent africain, estime qu’un soutien à la cause sahraouie est plus que jamais nécessaire.

D’autant plus que le mandat de la Minurso, la Mission des Nations unies au Sahara occidental, qui garantit un cessez-le-feu dans la région, arrive à échéance le mois prochain et que l’administration américaine s’est opposée à son renouvellement pour un an.

On ne peut parler d’Afrique post-coloniale si le Sahara occidental est toujours occupé par le Maroc, a rappelé la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Lindiwe Sisulu. « Nous sommes ici pour une cause juste. Et nous notons avec tristesse que le peuple sahraoui lutte toujours pour ses droits. Bien que l’ONU joue un rôle actif dans la résolution de ce problème, nous, membres de la SADC avons décidé d’être solidaires dans leurs efforts. Et ce tant que nos frères et sœurs sahraouis ne pourront exercer leur droit à l’autodétermination et à l’indépendance », a déclaré Lindiwe Sisulu.

Même si l’Afrique du Sud, le Zimbabwe ou l’Angola ont toujours affiché un soutien inconditionnel à la cause sahraoui, en raison des liens historique entre leurs mouvements indépendantistes, certains pays, comme le Mozambique et la Zambie, sous la pression du Maroc, ont gelé leur relation avec le Sahara occidental.

Pretoria espère donc rallier la région derrière un soutien et une stratégie commune.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.