Accéder au contenu principal
Algérie

Algérie: le FLN de plus en plus divisé sur la stratégie de sortie de crise

Des Algériens défilent dans les rue de la capitale, le 22 mars 2019, un mois après le début de la contestation.
Des Algériens défilent dans les rue de la capitale, le 22 mars 2019, un mois après le début de la contestation. REUTERS/Ramzi Boudina
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Algérie, après cinq semaines de mobilisation contre le maintien à la tête du pays d'Abdelaziz Bouteflika, les partisans du président sont de moins en moins unis. Le nouveau gouvernement, promis pour la semaine dernière, n'a toujours pas été formé. Et le premier parti du pays, le FLN, est de plus en plus divisé.

Publicité

Le premier parti du pays est désormais décrié dans les manifestations. Le slogan « FLN dégage » apparaît même dans les images diffusées à la télévision officielle. Ceux qui font partie du parti historique, le parti dont le président Abdelaziz Bouteflika est président d’honneur, semblent avoir perdu leur légitimité aux yeux des manifestants qui réclament que « tous s’en aillent ».

Les divisions au sein même du parti sont de plus en plus marquées. Le chef de l’instance dirigeante du parti, Mouad Bouchareb, avait déclaré jeudi que le FLN soutenait le mouvement populaire contre le maintien au pouvoir du président Abdelaziz Bouteflika.

Vendredi, la mobilisation est restée très importante dans tout le pays. La journée de dimanche a ensuite été le théâtre d’une joute verbale par médias interposés. D’abord, le porte-parole du parti a déclaré que la conférence nationale, celle qui sera chargée de préparer les réformes, était inutile et que la solution, c’était l’organisation de l'élection présidentielle. Mouad Bouchareb, lui, rétorque que le parti suivra bien la feuille de route de la transition dessinée par Abdelaziz Bouteflika.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.